Sociologie

Ayant décidé unilatéralement que c’était terminé parce que j’ai plus envie d’écrire du travail dans un powerpoint, l’intelligendage (un çondage intelligent) d’il y a deux jours est désormais clos.

La mère d’Henri ayant été extrêmement réactive (à tel point que je la soupçonne d’avoir une batterie de petits Chinois munis de bouliers de récupération dans sa cave), je peux dès à présent vous en communiquer les résultats (même s’il y a quelques tâches de falafel sur le document qu’elle m’a faxé).

Et, je vous prends pas en traître, c’était écrit, je ne vais pas m’interdire d’en tirer des conclusions à haute teneur scientifique sur le profil de mon lectorat.

Ce brillandage a été vu environ 786 fois, et a obtenu 65 votes. Faisant abstraction des votes multiples de ceux qui ont voté du bureau ET de chez eux ET de leur iPhone et/ou qui ont viré le cookie pour revoter, je considèrerai que nous avons bien là 65 votes de 65 individus.

J’en tirerai un premier enseignement sur mon lectorat : celui-ci est constitué à 91.7% de couilles-molles, qui ne saisissent pas l’occasion de s’exprimer, alors qu’il y en avait vraiment pour tous les goûts.

[Pour ceux que l’analyse des sondages passionne, qui aiment voir un peu sous le capot, qu’on ouvre la boîte noire, et tout, ce résultat est obtenu grâce à la formule suivante, dite formule de détermination du taux de couillemollitude d’un échantillon : 1-(65/786)]

Ceci étant dit, intéressons-nous aux gens qui s’expriment, car comme dans la vraie vie et notamment dans les urnes (ne l’oubliez pas le moment venu), y a que ceux qui votent qui peuvent gagner.

Voici donc les résultats, je vous ai même fait un graphique sous Excel tellement je me fais chier dans ma vie merdique je suis sympa :

© The Diegosan Corporation.

Et maintenant, place à l’analyse sociologique de mon lectorat non couille-molle, que nous appellerons les grandes gueules dans un souci de simplification. Quels enseignements tirer de ce résultat ? C’est très simple.

  • 26% des grandes gueules ont le sens de l’honneur, et placent la traîtrise au sommet des crimes méritant d’être durement châtiés.
  • 20% des grandes gueules sont des sodomites à tendance voyeuriste.
  • 20% des grandes gueules font preuve d’un racisme anti-auvergnats et/ou anti-roux, et c’est vraiment très mal.
  • 15% des grandes gueules sont pétris de bonnes intentions mais totalement dépourvus de sens pratique : David Douillet a un bien trop gros cul pour atteindre le sommet de la Tour Eiffel, que ce soit par l’escalier ou en ascenseur. Dans l’hypothèse où on parviendrait à l’y hisser en usant de moyens héliportés et d’un treuil à A380, le lancer de David Douillet ne serait évidemment pas une méthode assez précise pour avoir la garantie que Frédéric passe de l’état de tas de merde à l’état de fine pellicule de merde recouvrant la moitié du Champ-de-Mars.
  • 9% des grandes gueules sont des militants socialistes qui aimeraient bien être débarrassés une fois pour toutes d’un gros problème à eux qu’ils ont. On ne peut pas les en blâmer outre-mesure. Je suis par ailleurs quasiment certain de pouvoir nommer tous les individus qui ont choisi cette réponse, et je m’en délecte.
  • 3% des grandes gueules font preuve d’une cruauté sans borne : parce que Raoult maire d’une ville pleine de pauvres, de Noirs et d’Arabes, oui, c’est bien là que se cachait la proposition la plus vicieuse.
  • 4% des grandes gueules, en cumul, savent voir le vice même lorsqu’il est un peu au second plan, là derrière, masqué par les hippopotames d’embarras (© C’est La Gêne) qui précèdent, et je les en félicite.

Mais finalement, ce qui me préoccupe, c’est que 97% de ces grandes gueules n’ont pas l’air de considérer que s’il n’y en a qu’un seul qui doit payer pour ces torrents de merde qui se déversent quotidiennement dans nos rues, dans nos journaux et sur nos ondes, ce serait celui-là :

Et ça, et ben ça me fait bien chier la bite.

Publicités

15 réponses à “Sociologie

  1. ben moi aussi, ça me fait bien chier la bite, tiens.

  2. ah tu veux parler de celui qui vient de nous expliquer que malgré « les péripéties » euh la tricherie, la fin justifie les moyens

  3. Je suis désolé, mais Besson, c’était beaucoup trop tentant.

    Je te laisse, je vais écrire un enième billet sur la grippachinènehun.

  4. ahahah…..chier la bite…ahahahah…t’inquiète….dès que j’entends ou lis le mot bite…ahahahahahahahahahahahahah….je suis morte de morte de rire…..ahahahahaha !

  5. Hé bien, pour tout dire, j’ai hésité entre hisser le gros cul de Douillet en haut de la Tour Effeil et châtier le Minarque (© Diego-San) dans sa douche.

    Mais je me suis dit qu’en ces temps où l’écologie et les ressources d’eau et d’énergie sont importantes, il valait mieux pas gaspiller de l’eau chaude.

    Cependant, je suis totalement partant pour jeter Douillet du haut de la Tour Effeil sur Lefebvre et le Minarque (©) collés ensemble par une soudure au phosphore.

    Et ça, j’espère que ça fait moins chier la bite.

  6. Doucher à l’eau bouillante c’est une des jouissances cataloguée dans Les Cent Vingt Journées de Sodome. Tu aurais pu aussi lui donner le livre en version plastifiée et l’obliger à le lire sous la douche bouillante.
    J’ai pas pu voter, je suis étrangère. ;-)

  7. Rats! Enkuler de rire!
    Le pire? C’est qu’en fait je soupçonne une grande rigueur d’analyse et une conclusion inéluctable. Nous sommes aussi clientélistes que nous reprochons à nos dirigeants de l’être.
    Mmmmh.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s