Ca monte ou ça descend ?

Depuis quelques jours, le débat fait rage sur le web et dans la presse.

2 camps, radicaux et sûrs d’avoir raison, s’affrontent à coups de chiffres et de démonstrations. Le camp de ceux qui disent que le Front National est remonté à l’occasion de ces élections régionales, contre ceux qui disent qu’il a baissé.

Argument des haussiers : par rapport aux dernières élections, législatives (1,1M de voix au 1er tour) et européennes (idem), où le FN a touché le fond, il remonte en voix et en pourcentage.

Argument des baissiers : la seule comparaison valable, c’est entre élections identiques à même mode de scrutin, donc régionales 2010 vs. régionales 2004. Et là, effectivement, la comparaison est sans appel : 1,9M de voix et 9,17% en 2010 contre 3,5M et 14,7% en 2004, moins de triangulaires, moins de sièges, grosse dégringolade.

Mais l’une comme l’autre de ces analyses me semblent insuffisantes.

Comparer des élections aux enjeux différents (que ce soit réel ou perçu), à la participation différente, au mode de scrutin différent, est sans nul doute critiquable.

Comparer des élections directement comparables semble effectivement la méthode la plus pure, la plus scientifique. Mais si les élections étaient scientifiques, ça se saurait. Et là où cette comparaison me gêne, c’est qu’elle suppose qu’on ne vote aux régionales qu’en fonction des enjeux régionaux, ce dont on sait que c’est en partie faux. Que le climat national, dont chacun reconnaît qu’il est assez délétère, n’influe pas. Qu’il n’y a pas du tout de vote sanction dans ce vote (et on sait que le vote sanction passe souvent, en grande partie, par le vote FN). Ce qui au final est à peu de choses près l’analyse de l’UMP.

L’autre truc qui me gène dans cette version des faits, c’est qu’elle fait comme s’il ne s’était rien passé entre 2004 et 2010, et notamment comme s’il n’y avait pas eu 2007. Comme s’il n’y avait pas eu un candidat qui, surfant sur les thèmes de prédilection du FN avec un indéniable talent, avait capté une bonne partie de son électorat. Comme si personne ne s’était vanté d’avoir définitivement tué le FN. A cette aune-là, l’analyse n’est pour moi pas la même, et présente un certain danger : celui de pérenniser l’idée que le FN est moribond, ce à quoi je ne crois pas une seconde, en particulier en raison du grand talent de l’héritière de la boutique (qui au passage a fait jeu égal avec l’UMP en Nord-Pas-de-Calais et même mieux dans le Pas-de-Calais).

Au final, moi je je trouve que les deux camps ont tort et raison à la fois. Je n’ai malheureusement pas la solution miracle pour nous sortir de cette impasse, mais finalement, si la question n’était pas de savoir s’il monte ou s’il descend, mais simplement de savoir s’il est toujours là, tapi dans l’ombre, à attendre son heure, son prochain coup d’éclat ?

Je pense que la réponse est oui, et qu’il ne faut pas baisser la garde.

Publicités

19 réponses à “Ca monte ou ça descend ?

  1. le pire c’est dans les zones qui votaient autre fois massivement à gauche : Nord Pas de Calais

  2. Philippe de Thrace

    Ben tu vois, toi aussi tu peux être intéressant quand tu parles de ton boulot.

  3. Guillaume Pascanet

    J’avais vu une émission sur Hénin-Beaumont avec Marie-Noelle Lieneman. La fédé PS du Pas de Calais semble dans un état de décomposition assez avancé.
    Ce n’est pas si étonnant que les gens se tournent vers le vote FN devant tant de turpitudes.

    Cela semble le pendant de l’UMP du 92 ou du 06.

  4. Philippe de Thrace

    J’ai du mal comprendre…

  5. Guillaume Pascanet

    Je suis fatigué, je formule mal probablement.

    La mairie d’hénin-beaumont semble une pétaudière mais le maire est très largement supporté par la fédé.

    Marie-Noelle Lieneman y avait été parachté comme gage de moralité. Mais elle a été écarté très rapidement de la municipalité après les élections. Elle évoquait dans une émission du site ASI des pratiques pas très catholiques (pour reprendre une formule à succès)

  6. Qui parle à qui là en fait ??

  7. Guillaume Pascanet

    Ah, c’était pas pour moi en fait le « j’ai du mal comprendre » ?

  8. Philippe de Thrace

    Non c’est ma réponse à Diego, mais les « répondre » intermédiaires ont disparu

  9. Guillaume Pascanet

    Diego, tu as vu le lien que je t’avais indiqué ?

    Ce gars raisonne plutôt en terme de votes et pas en pourcentage. Et donc, de son point de vue, le FN stagne toujours mais il profite mécaniquement de l’abstention record.

    Le principal enseignement de ces élections, c’est la formation de 4 blocs qui semblent bien établis : PS, UMP, EE et FN.

    Pour le reste, le Modem achève sa décomposition et le jeu de chaises musicales continuent à l’extrème-gauche entre LO, le NPA et le PC renforcé de Mélanchon.

  10. Deux articles qui m’ont interessé ces derniers jours:

    L’itw d’Emmanuel Todd dans libération (rapports ump – fn):
    http://www.liberation.fr/politiques/0101625207-l-electeur-de-droite-ne-s-y-retrouve-plus

    Et un article à contre-courant sur le vote FN dans les bouches du rhones, qui remet en cause dumoins pour cette région le discour officiel:

    http://www.humanite.fr/Extreme-droite-Qui-sont-les-electeurs-du-FN-Le-cas-marseillais

    • Guillaume Pascanet

      Je suis assez d’accord avec cette interprétation, même si elle sert surtout ici à dédouaner les communistes d’une quelconque proximité avec le FN.

      En seine-saint-denis, le vote FN est assez faible. Et il est fort surtout dans les communes à dominante pavillonaire.

      Par contre, dans les villes pavillonnaires de la grande banlieue plutôt tranquilles en fait, il est très fort. Mais ces villes ont été peuplés de gens qui ont « fui » la pression foncière de la petite couronne, son insécurité plus ou moins réelles et ses « bougnoules ».

      • En même temps l’humanité a totalement raison dans sa démarche. Se laisser faire, se laisser imposer des analyses par tf1, voila ce que la gauche a fait depuis 2002. Le combat politique passe aussi par cette contre-attaque. Et de rappeler que les premiers pouvoyeurs du vote frontistes, ce ne sont pas les cocos mais la droite traditionnelle, depuis toujours.

        L’article concerne bien entendu les BdR et pas le nord-pdc, mais ce que tu écris sur l 93 est très juste aussi …

  11. Je suis bien d’accord avec cette analyse: « l’héritière » comme tu l’appelles, est pour moi un véritable danger, bien plus redoutable que son daron yo !
    Face au citoyen moyen, elle a le don de savoir livrer des discours lissés, des points de vue qui peuvent « se tenir » dans l’esprit de Madame Michu, … alors que derrière, voilà quoi.
    Elle est dangereuse cette femme, je pense qu’il faut la buter. Nan jdéconne.
    Pour répondre à la question de savoir si le FN existe encore: je crois qu’on le saura quand la bayte aura repris définitivement le flambeau. Soit la flamme s’éteindra (ce qui m’étonnerait), soit elle se ravivera: et quand on voit que dans toute l’Europe on a une remontée de ce genre d’extrême, et parfois même une légitimation lente et insidieuse dans les moeurs…
    Drôle d’avenir qui semble poindre, nomdediou.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s