Salauds de journalistes

Encore une victime innocente de la presse trotsko-fasciste ?

Hier, sur LCP/AN, le député-maire UMP d’Elancourt dont vous n’êtes pas sans savoir qu’il se nomme Jean-Michel Fourgous et ressemble à la photo ci-contre, a passé quelques minutes à s’insurger d’un constat ô combien scandaleux :

« 80% des journalistes sont de gauche, et c’est Marianne qui le dit. 40% des journalistes sont d’extrême-gauche »

Peut-être pire encore :

« Sur une promotion de 29 d’une école de journalisme, 27 sont encartés à gauche »

La vidéo, ici, à partir de 8 minutes :

Ce qui est amusant (LOL), c’est qu’il brandit ces chiffres terrifiants, comme s’il s’agissait d’une monstrueuse menace pour la démocratie, sans aller au fond de sa pensée, et nous expliquer en quoi ce serait grave, si cela était avéré, ni s’interroger sur les raisons de cette situation dramatique. Je me propose ici de le faire à sa place, connaissant la densité de l’emploi du temps d’un député, et ayant déjà eu ce débat avec un Jeune Popkemon il y a quelque temps sur Twitter. Celui-ci avait sorti ces mêmes chiffres, qui proviendraient d’une étude plus que douteuse conduite par Marianne en 2001 (ouais, y a 10, Fourgous 1er sur l’info) auprès de 130 journalistes (donc avec +/- 8 points de marge d’erreur, hors problème intrinsèque de représentativité de l’échantillon dont la construction détaillée n’est pas connue), qui affirmait que 80% des journalistes sondés votaient Jospin à la présidentielle – ce qui, nous en conviendrons :

  • n’est pas tout à fait la même chose
  • semble difficilement compatible avec le chiffre de 40% de journalistes d’extrême-gauche [ou journalistes à couteau entre les dents].

2 grandes questions se posent donc, en admettant que les journalistes soient effectivement massivement de dangereux gôchisses :

1. Pourquoi ?

2. Avec quelles conséquences ?

Je commencerai, si vous le voulez bien [ahah comme si vous aviez le choix], par la seconde.

La situation décrite par notre ami serait en effet dangereuse pour l’équilibre démocratique si elle se traduisait dans les mêmes proportions par un favoritisme envers la gauche dans la presse déchaînée (sachant que ces statistiques seraient également valables au sein de rédactions comme celles du Figaro).

En toute honnêteté, avez-vous vraiment l’impression que la presse française véhicule massivement un discours hostile à la droite, et que les personnalités de droite s’y voient particulièrement malmenées pendant que celles de gauche seraient caressées dans le sens du poil ? Pas moi.

Certes, les journaux de ce pays sont plutôt des journaux d’opinion, plus ou moins marqués dans un camp ou dans l’autre : Libé, L’Obs, Marianne, vs. Le Figaro, Le Point, Valeurs actuelles, pour n’en citer que quelques-uns. Chacun sait ce qu’il achète et la tonalité de ce qu’il va y lire, et les préférences personnelles des journalistes n’ont aucune espèce d’impact sur ces contenus – sans doute moins en tout cas que les propriétaires desdits journaux, de Dassault qui entre deux sucrages de fraises somme le Figaro de « véhiculer des idées saines » à Lagardère faisant passer à la trappe les articles susceptibles de déplaire au Président, en passant par Arnault, on peut difficilement craindre un appel prochain par voie de presse à une révolution prolétarienne.

Au-delà de ces faits, rappelons tout de même un élément important du débat, qui le ramène instantanément au niveau d’intérêt et d’importance d’un concours de boules relaté par Corse-Matin : les Français ne lisent pas les journaux. Peu importe, donc, ce qu’on y raconte. Pour mémoire, Ouest-France, quotidien le plus vendu en France, tourne à quelque 700 000 exemplaires. Les plus gros quotidiens nationaux se maintiennent péniblement aux alentours de 300 000 (sans compter le consternant constat que l’indéboulonnable premier de ce classement se nomme L’Equipe).
Au Japon, avec une population d’un peu moins du double de la France, les deux premiers quotidiens ont des ventes cumulées, CHAQUE JOUR, de 26 millions. Comme si Le Monde et Le Figaro totalisaient 14 millions de copies plutôt que 650 000. Relativisons donc.
Et rappelons-nous qu’il n’existe dans ce pays qu’un seul média suffisamment puissant pour influencer les masses, et qu’il s’appelle TF1, qui demeure année après année la principale source d’information des Français, à défaut d’être celle des élites. Qu’on m’apporte la preuve que le repaire de gauchistes qu’est sa rédaction distille pernicieusement le venin socialo-communiste dans le pays par la voix du dangereux trotskiste révolutionnaire Pernault, et j’envisagerai de revoir ma position.

Reste la question du pourquoi, qui me semble la plus intéressante.

De deux choses l’une : soit les aspirants journalistes sont déjà de gauche lorsque cette vocation les saisit, soit les écoles de journalisme sont d’ignobles machines à former des propagandistes au Petit Livre Rouge caché dans une poche secrète de leur cartable.

La seconde hypothèse me semble à écarter : à l’âge où l’on entame des études de journalisme, et avec le niveau intellectuel et le bagage que ces formations requièrent, je m’autorise à penser que les individus en question se sont déjà forgé une personnalité et un référentiel d’opinions, et qu’ils ne sont pas de petites choses façonnables [ceci n’est pas un article sponsorisé par une marque de chemises pour vieux beaux niçois] à merci par de vils manipulateurs.

Je fais donc l’hypothèse que la carrière journalistique attire davantage de jeunes gens de gauche que de jeunes gens de droite. Par pur esprit de provocation, j’ai envie d’y voir  et de mettre en avant 2 causes possibles parmi d’autres :

  1. La nature même du métier de journaliste : vouloir mieux comprendre et faire comprendre le monde à ses contemporains, n’est-ce pas par essence une attitude plutôt de gauche (idée à mettre en regard du récent et loin d’être parfait essai des Pinçon-Charlot, Le Président des Riches, qui rappelle que les classes dirigeantes ont tout intérêt, au contraire, à ce que les plus faibles ne bénéficient pas d’un tel éclairage sur le monde). A cet argument, le Jeune Pop me répondait que la droite préférait être dans l’action que dans le commentaire, ce à quoi je réponds que des jeunes de gauche engagés, en-dehors du journalisme, il n’en manque pas.
  2. Le faible rendement de ce métier, qui ne séduirait pas le jeune de droite, par essence en quête de réussite financière : pour un journaliste-star vivant grassement de sa plume et/ou de sa tête dans la télé, combien de dizaines de galériens postés au bord de la N118 pendant les chutes de neige ou dans les aéroports bondés pendant les grèves, à faire des interviews à la con pour un salaire bien maigre au regard de leur niveau d’études ?

Je caricature, bien sûr, mais moins que M. Fourgous, qui agite un grand chiffon rouge là où un quart de kleenex rose délavé par les années suffirait largement.

[màj : Grâce à un éminent commentateur crustacé, nous savons maintenant plus précisément de quoi M. le Député accuse les journalistes, en particulier trotskistes : ils sont responsables du pessimisme des Français par leurs mensonges et leur dénigrement permanent du capitalisme. C’est sur son blog]

25 réponses à “Salauds de journalistes

  1. J’ai pas commencé à bosser que ça m’épuise déjà.

  2. Nan mais tout ça, c’est de la science fiction !

    (je veux dire, s’il existait encore des journalistes, on s’en serait rendu compte non ?)

  3. T’oublies de dire aussi, en plus que les Français ne lisent pas, que ceux qui lisent, lisent en priorité : météo, faits divers et sports. Des rubriques qui peuent vachement faire pencher la balance politiquement !
    Par ailleurs, les quotidiens les plus vendus sont Le Parisien (local/faits div), et l’Equipe (sport)…

    • Selon une récente étude – selon toute vraisemblance d’un organe trotskisto-zombie, les Français achètent majoritairement la presse pour … la rubrique nécrologique.

    • Nananaaaa, le quotidien le plus vendu c’est OUEST-FRANCE. C’est pas le parisieeeen.

      • Tiens donc, tu fais de la pub pour Ouese-France toi ? Surprenant ça tiens…

      • Précision : le quotidien tout court le plus vendu est OF, comme je le dis dans mon billet. Le Parisien + Aujourd’hui forment le « national » le plus vendu à eux 2 devant l’Equipe. Mais le quotidien national « pur » le plus vendu est bien l’Equipe. Parce que c’est quand même important de lire 6 pages sur un match de foot qui n’a pas encore eu lieu.

  4. Pingback: Tweets that mention Salauds de journalistes | Moi je, je trouve que -- Topsy.com

  5. « [ceci n’est pas un article sponsorisé par une marque de chemises pour vieux beaux nicçois] »

    Magnifique !

  6. (Courbette)
    Du coup je suis allé faire un tour sur le blog du Monsieur, et le commentaire qu’il a noté sous la vidéo est juste priceless.

    • Thanx, je l’ai ajouté dans le post !

    • Mais il a tellement raison ce monsieur député (quel belle tête de vainqueur au passage). J’ai arrêté de déprimer quand j’ai interrompu mon abonnement au Diplo.

    • Guillaume Pascanet

      Personellement, j’ai plutôt tendance à déprimer quand les copains de ce monsieur (que j’avais le plaisir de ne pas connaitre jusqu’à aujourd’hui) passe leur temps à sous-entendre de manière plus ou moins subtile que nous sommes tous des paresseux assistés geignards et que c’est bien de notre faute si notre pays va à vaut-l’eau (et pas du tout bien sûr de la faute de nos gouvernants en général, et au premier d’entre eux en particulier)

  7. Ca me rappelle l’ouvrage de François Ruffin « les petits soldats du journalisme »: ça date un peu (autant que l’étude brandie par Mr Fourgous ceci dit) mais dans mon souvenir, il n’avait pas le sentiment que ses petits camarades de classe étaient de gauche, bien au contraire… http://www.acrimed.org/article935.html
    Au passage cet article est très marrant, même si tu nous rappelles certaines réalités navrantes.

  8. Si être journaliste, c’est relaté des faits, que la neige qui tombe a été le fait le plus médiatisé, alors être journaliste c’est parlé de la neige qui tombe.

    De 1 : vive le niveau d’étude pour faire ça.
    De 2 : la neige est-elle de gauche ?

    Vous avez 4h.

    • Pour moi, c’est une preuve de plus que les journalistes de base n’influent pas sur des contenus décidés par leur hiérarchie. Et, malheureusement, de la place disproportionnée de la météo dans la vie des gens…

  9. Et pourquoi Fourgous parle de ça maintenant?
    C’est vrai, la presse est, en ce moment, plutôt en train d’allumer la gauche (surtout le PS en fait) et montre l’incapacité qu’elle a à se rassembler sous une ligne directrice commune! Il accuse les journalistes d’accabler le capitalisme. Mais le capitalisme s’accable déjà tout seul non? La crise de 2009 n’est pas due au capitalisme par hasard? PARDON, La crise de 2009, 2010, 2011 et on a pas fini d’en chier. J’aimerais bien qu’un mec comme Fourgous nous relate un sondage: « Pensez vous être encore dans la crise? » (auprès des français). Je suis sûr qu’une grande majorité dirait « NON ». Bah oui on en entend plus parler. Ah mince, les journalistes gauchistes font vraiment mal leur boulot…

  10. Le Monsieur n’est pas à son coup d’essai : en mai 2010, il avait lancé un « le code du travail, les grèves, les 35H00 et l’ISF sont des obstacles à une France moderne ». C’est un habitué de l’anerie en public, un grand maitre même, mais ce n’est pas le seul. En ce moment, les pop se relayent pour débiter des messages plein de modernité. Qu’ils en profitent. En 2012, pour eux, ce sera gueule de bois, enfin j’éspère… Et là, on entendra l’inverse.

  11. Elancourt j’y ai passé les 18 premières années de ma vie. Heureusement pendant longtemps à gauche (merci papa, merci maman !). Fourgous est arrivé et en bon gestionnaire de droite a coupé les subventions aux assocs pour faire des jolies rond point dans toute la ville. Beurk.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s