Archives de Tag: Bowie

Lettre ouverte à Dieu

Cher David, cher mon dieu.

Alors que ressurgissent les rumeurs les plus alarmantes sur ta santé, comme elles le font épisodiquement depuis environ 2 ans, je me dois de mettre les choses au clair une bonne fois pour toutes.

TU N’AS PAS LE DROIT DE MOURIR

D’abord parce que tu es Dieu, et si Dieu pouvait mourir, ça se saurait.
Mais bon, c’est un peu résumer abruptement le fond de ma pensée, que je m’en vais donc développer, pour toi, mon Dieu, et pour les indiscrets qui viendraient à lire cette lettre par-dessus ton épaule.

Une fois n’est pas coutume, je vais tenter la prouesse d’être objectif, et de ne pas me contenter d’user de superlatifs définitifs sans étayer quelque peu mes affirmations de preuves irréfutables. Je n’écrirai donc pas, non non, que tu es le plus grand artiste de rock et de pop que la Terre ait porté depuis la divine invention du rock et du roll.
Car même si je le pense, je devrai bien concéder dans le débat que, certains jours c’est Mick, que parfois John n’est pas passé loin, que le petit Prince se défend bien…

Mais au final, force est de constater qu’aucun de tes rivaux (que j’aime aussi d’un amour chaleureux) ne réunit autant de qualités que toi.

– Tu es le plus beau

– Tu es le plus classe

– Tu es le plus sexy motherfucker, à tel point que 100% du public, hommes et femmes confondus dans le même élan, sortent de tes concerts amoureux de toi. Que l’hétéro le plus endurci s’entend s’exclamer que « putain le mec, comme il est sexy ».

– Tu es celui qui dégage le plus incroyablement le sentiment de prendre ton pied d’une force intergalactique lorsque tu joues sur scène, débordant de gérénosité

– Tu es un cours de chant ambulant, mais sans le côté docte et professoral : non seulement ta voix est divine, mais elle est capable d’aller dans tous les recoins, y compris ceux dont on ne soupçonnait même pas l’existence.

– Tu m’as donné les 2 plus beaux concerts de ma vie, au Zénith et au Dôme : 3 heures d’enchantement, d’envoûtement, de plaisir intense et partagé.

– Tes initiales servent d’unité de mesure de la puissance du son, et je ne peux pas croire que ce soit un hasard.

– Tu as écrit et composé un nombre incalculable de chefs-d’œuvres, textes et musiques, au fil des ans, toujours au plus près de ton époque, te réinventant sans cesse.
Au hasard, n’importe quel morceau de ce disque :

ou de ce disque :

– Tu as fait deux sublimes adaptations de Brel, ce qui 1/ n’est pas à la portée de tout le monde et 2/ témoigne d’une ouverture au monde que l’on ne trouve pas tous les jours chez les artistes anglo-saxons.


(merci Mort Shuman pour le sublime texte anglais)

et

– Tes tubes embrasent les dance-floors, sans s’encombrer de stupides frontières générationnelles. Comme, au hasard :

– Tes morceaux peuvent faire pleurer les filles, et les garçons aussi.

– Tu as écrit la plus belle chanson sur Jésus du monde, ce qui prouve bien que tu es Dieu, car qui connaît Jésus mieux que Dieu ?
[Attention Delphine C., ce morceau est un spoiler pour toi]

Surtout, tu n’as pas le droit de mourir, parce que contrairement à d’autres artistes pas tout frais ou partis récemment, je suis convaincu que tu as encore tellement de belles choses à me dire.

Je t’aime tellement, tu n’as même pas idée. Reste avec moi.

Albi under oaks

Contraint de m’absenter quelques jours pour me rendre à un symposium très professionnel et vraiment très intéressant, dont je vais vous bassiner sur facebook à longueur de journée, je vous laisse néanmoins en compagnie de David qui va bien s’occuper de vous, avec ses amis très très funky.

Quart d’heure (young) américain

Moi je, j’ai le sentiment diffus de devoir me racheter, après vous avoir infligé ce terrible appel en PCV, terrible parce que tellement triste, le pauvre Herr Komissar qui se fait larguer par une meuf bien plus riche que lui en pécévé…
Au passage, j’ai découvert avec consternation que le texte de cette daube a été commis par Boris Mékeskicépacédantatete Bergman !!!

Revenons donc aux fondamentaux de la beauté, échauffez-vous la langue parce que là y a comme un gros risque de devoir rouler des pelles dans les 6 minutes de cours de chant qui viennent.

Classe ultime

Bonjour, je m’appelle David Bowie, et j’ai décidément la classe ultime.
Je vous invite à vous faire tous les extraits de Live by Request, c’est que du bon, et avec le sourire.

Smells like codfish in the heart of French fries

Version lyrique : quand l’une des chansons les plus énormes de la création est reprise par l’un des plus grands, beaux et forts et glam et beaux et doux et beaux et sublimes chanteurs de l’univers, ça donne ça et c’est trop bon :

Version con : ça me rappelle toujours cette vanne parfaitement débile et si parfaite de Les Nuls (je peux goûter votre drogue svp ?).
Une jeune femme, très étonnée d’entendre son hamster femelle chanter à tue-tête « C’est nous les gars de la marine », a éventré l’animal pour voir s’il n’avait pas avalé par mégarde son iPod Nano*. Elle ignorait que dans le corps des hamsters dames, y a des marins qui chantent.

* c’est la version 2008 de la blague