Archives de Tag: Cover

Blog de fille

Je vois pas pourquoi les filles auraient le monopole des conseils maquillage beauté toussa. C’est vrai quoi, moi je aussi, je suis beau, et je peux avoir la bonté céleste de partager avec vous quelques-uns de mes secrets les mieux gardés. Et pourtant aucun journal n’est jamais venu me demander de révéler les dessous de mon teint si frais, de mon poil soyeux, de mes cheveux chatoyants, de mon corps si ferme, und so weiter.

Au lieu de ça, on se pâme devant Judith Godiche qui prend des bains au lait de yack béni par le dalalalalaïlama pour avoir bien l’air con. Ou on s’étonne de ne pas avoir pensé à faire comme Sophie Marceau quand elle est un peu déprimée, s’envoler pour New York pour aller faire un gommage chez Helena Rubinstein sur la 5e.

La seule qui se soit sortie de l’exercice avec brio, c’est Marina Foïs, dont les conseils beauté mythiques avaient été publiés par Elle il y a quelques années :

Mon secret beauté, c’est le régime dissocié : par exemple, je prends soin de ne pas me droguer les soirs où je me soûle

Merci Marina, faudra que j’essaie un jour.

Donc, PUISQUE PERSONNE NE ME SUPPLIE DE PUBLIER MES TUYAUX DE STARS, je vais le faire ici, hein, jamais mieux servi toussa.

Aujourd’hui, je vais vous expliquer comment virer votre putain de Rimmel quand – horreur, et que celle à qui ça n’est jamais arrivé me jette le catalogue Sephora à la tête – vous n’avez plus de démaquillant au moment du coucher.

Il vous faut simplement un ordinateur, une connexion internet, et un rouleau de Sopalin (du blanc hein, pas du Sopalin de beauf avec des ours ou des cœurs dessus, en vous remerciant).

1. Allumez l’ordinateur

2. Connectez vous à l’Internet mondial

3. Par le truchement de votre navigateur favori, rendez-vous sur http://www.youtube.com et tapez Arno – Mother’s Little Helper.

4. Lancez la vidéo, après avoir confectionné 2 gouttières de Sopalin que vous aurez placées sous vos yeux (j’ai pas la moelle de vous faire une vidéo de démonstration, là, mais si vraiment vous vous en sortez pas on essaiera de monter un truc).

5. Pleurez votre race comme il se doit.

ET C’EST TOUT.

Elle est pas belle, ma vie de star ?

PS : merci Mireille pour la découverte de cette version live, encore plusse belle que la version studio dont j’étais déjà l’heureux possesseur.

PS2 : Hélène, tu peux tester, et si ça marche je t’autorise à publier ce secret chez toi ok ?

Etonnant, non ?

Moi je, quand on m’a appris ça cet été, j’en suis tombé de mon matelas marron.
La base de Paper Planes, le tube de MIA, c’était donc… eux ???

Signe de vie

Chers les gens,
Je m’amuse bien, les monos sont sympas, ils me donnent tout le temps du rosé quand j’ai trop chaud, et de la vodka le soir pour renouveler l’eau de mon corps. Il fait très beaucoup soleil, la douche est bonne (je me baigne pas parce que la mer est trop loin de mon matelas, plus loin que la douche en tout cas). Des gentils gens m’emmènent faire du bateau aussi des fois. Et puis on écoute des disques jolis aussi.
Par exemple lui

L’al-petit-chimiste

Bon ben nous y voilà, il est Cannes moins 1, et avant de vous montrer que Yes Sir I Cannes Boogie, il faut bien que je me rappelle qu’il ne s’agit pas seulement du congrès mondial du lidopage (NB : l’activité du leader d’opinion) ni des championnats du monde d’alcoolisme bien habillé, mais quand même avant tout d’un festival de cinéma où on ne voit pas de films à cause des activités sus-citées, mais un festival de cinéma quand même.
Alors permettez-moi, avant de m’envoler, de vous mettre un doigt vite fait. Mais un doigt en or, c’est quand même Cannes, merde.

Oops, I did it again

Je m’aperçois avec horreur et consternation que j’ai complètement oublié que j’étais invité à la Favela (excellent établissement s’il en est) pour une soirée en rapport avec l’année de la France au Brésil, pour laquelle des amis ont pourtant donné de leur personne pour la conception de ce magnifique flyer, dans lequel vous reconnaîtrez qui vous reconnaîtrez en vous y penchant bien.

C’est pas comme s’il était trop tard pour y aller, mais c’est pas comme si j’avais pas la flemme de bouger mon cucul.
Alors bon, à la place, je vais tenter l’embrouille que personne va rien capter hop hop,
Brazil !

(en plus il paraît que je suis à la rue et que tout le monde la connaît depuis 1000 ans, mais bon).

Let the Sun go down on me

Comme dirait ma copine Pamela, j’irais bien me faire bronzer le sillon inter-fessier…
Peut-être est-ce pour cette raison que j’ai eu envie de réentendre cette hautement improbable reprise de BB par H. ? Sans doute…

(May the good Lord) Shine a Light on us

Pour célébrer cette belle journée ensoleillée, un bon gros rayon musical qui pourra irradier de sa chaleur ceux qui n’ont pas cette chance.
Pour l’occasion, je me suis penché sur l’histoire de cette chanson, et j’ai failli tomber tellement c’est vertigineux…
D’abord, j’apprends avec stupeur que la toute première version, avant même celle de son auteur Bobby Hebb, est le fait de la chanteuse japonaise Mieko Hirota, connue notamment pour avoir repris Poupée de Cire en japonais…
Et puis, vertigineuse, vient la liste non exhaustive des gens qui l’ont chantée. On se tient bien ? Cher, George Benson, Frankie Sinatra, Stevie Wonder, Ella celle qui l’a, The Four Seasons, The Four Tops, Wilson Pickett, Shirley Bassey, Dusty Springfield, Johnny Mathis, Del Shannon, Marvin Gaye, Jamiroquai et bien sûr les inénarrables Boney M. (l’oubli de Christophe W. n’est pas un oubli).
Je suis loin de les connaître toutes, mais s’il y en a une qui me renverse, c’est bien celle-ci.