Archives de Tag: Eric Besson

Benjamin l’encart

On le savait, l’inénarrable Benjamin Lancar, ci-devant président des Jeunes Populaires, triomphalement réélu cet été tant il est un phare dont la lumière guide la jeunesse bien élevée de ce pays (celle qui a des « idées saines » comme dit Gran’Pa Dassault), n’est pas grand’chose de plus qu’un encart publicitaire pour l’UMP, sur le gentil visage duquel sont collées nuitamment les dernières formules à l’emporte-pièces contoctées dans les hautes sphères sarko-umpiennes (dont l’altitude culmine à 1m22 pour ne pas faire d’ombre à l’aura du Lider Minimo).

Le phare des Jeunes Popkemon

Le jeu de mots désopoilant du titre de ce post qui s’annonce merveilleux alors même que je ne sais pas encore ce que j’y vais vous narrer étant traité, passons au vrai sujet : Benjamin, la réforme des retraites, l’UMP, les jeunes, nous, la vie la mort tout ça.

Lire la suite

Publicités

Et pourquoi pas les bougnoules, tant qu’on y est, hein ?

Aujourd’hui, j’ai lu ce très instructif interview de Thierry Mariani par Alex Lemarié pour le Post.

Thiery Mariani, député UMP, tête de liste UMP aux régionales en PACA, et représentant spécial de la France pour l’Afghanistan et le Pakistan (ce dont on voit bien, au passage, comment c’est cumulable en toute logique et efficacité), accuse Martine Aubry de « vouloir faire remonter le FN aux Régionales » suite à l’annonce de cette dernière que le PS allait déposer dans les prochains jours une proposition de loi pour le droit de vote des étrangers aux élections locales.

Cette proposition est effectivement ce qu’on appelle un serpent de mer : elle faisait partie des 110 propositions de François Mitterrand en 1981, est revenue régulièrement sur le tapis depuis, Nicolas Sarkozy s’étant lui-même prononcé en sa faveur à une époque avant d’indiquer qu’elle ne figurerait pas à son programme (incompatible qu’elle était sans doute avec sa stratégie de siphonnage des voix de Jean-Marie par une droitisation phénoménale de son discours, connue sous le nom que je vais inventer de décomplexage). Eric Besson lui-même, dans un énième sursaut d’incohérence, s’y est dit favorable.

Plusieurs choses me troublent dans ce débat et dans cet interview :

Lire la suite

De l’enculisme

Je vais pas faire long, j’ai 2 de tension et je dors toutes les 12 lignes.

L’information du jour, au lendemain de la catastrophe qui a frappé Haïti, nous vient du Figaro : Eric Besson a annoncé avoir donné des instructions pour suspendre les expulsions de Haïtiens en situation irrégulière.

Eric, vraiment, c’est sympa d’y avoir pensé. Compte-tenu des déclarations sur les Afghans d’éminents membres de ton nouveau camp à toi que t’as, on aurait pu s’attendre sans surprise à des « Ouais, les Haïtiens, s’ils avaient des couilles, ils rentreraient chez eux déterrer et renterrer les morts et reconstruire leur pays plutôt que d’essayer de pécho nos allocs ».

Mais putain, QUEL BESOIN TU AS DE LE FAIRE SAVOIR ???????

Tu veux une médaille ? Un bon point ? Des éditos élogieux sur ton humanité ?

Et ben non. Tout ce que tu vas y gagner, c’est probablement des insultes bien méritées.

Offre spéciale : le kit du bon Français à 9,99€ !!!

En ces temps troublés :

  • d’aucuns remettent en cause le pourtant incontestable bien-fondé du débat sur la francitude ;
  • où l’on vilipende un brave maire de village lorrain de 40 habitants pour ses propos pleins de bon sens sur les « 10 millions qu’on paie à rien foutre » et « qui vont nous bouffer » – soit en théorie 6,15 menaces colorées à l’échelle dudit village, ce qui n’est pas rien ;
  • d’anciens Premiers Ministres égarés, sans doute par l’aigreur de ne pas avoir été élus à la Présidence du Sénat alors qu’ils en avaient toutes les compétences pondérales, critiquent les « conversations de comptoir », pilier de la Pensée Française ;
  • d’ignobles traîtres (dont un inverti, bon débarras) quittent le Parti Triomphant de l’Amitié Franco-Chinoise ;
  • où nos voisins suisses prennent le large dans la course à la protection de la glorieuse civilisation occidentale pendant que nous restons les bras ballants, et où certains de nos amis italiens tentent courageusement d’en faire autant ;
  • où bien d’autres drames, qu’il serait trop long d’énumérer, se nouent dans l’ombre

… j’ai décidé de réagir, en partenariat avec le Ministère des Relations avec le Front National, en vous proposant en exclusivité le KBFF, ou Kit du Bon Français de France (j’avais pensé initialement à Kit du Français Certifié, mais mes avocats m’ont indiqué après une recherche en antériorité que le sigle KFC pouvait desservir ma cause, voire m’attirer des ennuis judiciaires. On n’est jamais trop prudent).

Ce kit, au prix spécial de lancement de 9,99 pour une période limitée, comprend tous les éléments indispensables pour prouver votre qualité de bon Français de France :

  • un astucieux sticker exclusif pour transformer en un tournemain votre Carte Nationale d’Identité en Carte d’Identité Nationale !
  • une magnifique photo du Ministre Eric Besson, sélectionnée pour vous avec le plus grand soin par la meilleure iconographe Française de France.

Cette photo pleine de saine bienveillance a été prise lors d’une cérémonie d’expulsion d’intrus, renvoyés joyeusement au Darfour avec un chèque de 2000€ en poche, qui dans leur pays leur permettrait de survivre pendant 23 ans si leur espérance de vie n’y était pas de 23 minutes 40. A porter sur votre cœur dans votre poche, pour pouvoir l’exhiber en cas de contrôle de police, ou à placer dans le cadre bleu-blanc-rouge émaillé à la main par des petits chinois (cadeau d’amitié du PCC à l’occasion de la signature du partenariat avec l’UMP), sur votre bureau, votre cheminée, votre table de chevet, ou pourquoi pas, c’est de saison, dans votre crèche ? Au dos de la photo, l’arbre généalogique du Ministre attestant de sa francitude sur 23 générations.

A noter : en option, pour un modique supplément de 12,37€, vous pouvez obtenir en sus cette même photo sous forme d’écusson brodé, à coudre sur votre blazer.

  • La partoche et le texte intégral de la Marseillaise sur un authentique faux parchemin. Pour ne plus jamais être pris en défaut sur l’excellent 3e couplet – « Quoi des cohortes étrangères / feraient la loi dans nos foyers ? » -, ou le savoureux 6e couplet – « Amour sacré de la Patrie / conduis, soutiens nos bras vengeurs »

Encadrable pour orner vos murs, mais aussi roulable pour l’emporter partout !

  • Pour animer vos soirées entre amis Français de France, le quizz de l’Identité Nationale, avec des questions sérieuses, par exemple sur le délit d’outrage au drapeau français et à l’hymne national, mais aussi des questions humoristiques de droite, comme « qui a promis, en octobre 2007, de changer l’ordre des couplets de la Marseillaise pour rendre l’hymne moins violent, en cas d’élection à la Présidence de la République ? » *
  • Un abonnement de 6 mois à UMP-Treets **, le service qui permet de recevoir par SMS les délicieux Tweets de Frédéric Lefebvre directement sur votre téléphone mobile ! Plus besoin d’être inscrit sur ce repaire de crypto-gauchistes, plus besoin de subir les incessantes et odieuses attaques de la vermine communiste contre la Voix de la Nation.
  • Un sympathique gadget aux couleurs de l’UMP, sorte de boîte à meuh des temps modernes : grâce à la magie de l’électronique, elle vous propose à chaque retournement une citation choisie aléatoirement parmi la riche base des blagues sur les Noirs, les Arabes et les Pédés créées par les plus éminents représentants du Glorieux Parti. Une surprise sans cesse renouvelée dont on n’est pas près de se lasser, car elle comprend plus de 380 phrases différentes. La base est très à jour, puisqu’il y a même le « je ne suis pas sûr qu’il soit vraiment natif de Lormont » de feu le président Chirac, et le « Les Suisses auraient-ils voté tout haut ce que les Français pensent tout bas ? » de Frédéric Lefebvre.
  • 12 certificats nominatifs de vaccination H1N1, attestant de votre soutien sans faille au gouvernement Français de la France ;
  • Un authentique morceau collectorissime de tente de la jungle de Calais – l’équivalent Identité Nationale d’un morceau de Mur de Berlin (pas ceux touchés par le Président, hein, quand même, les basiques).
  • Une pétition à nous retourner signée (sans quoi le prix du kit passe à 499,99€), exigeant la nomination de Frédéric Lefebvre au gouvernement dans les plus brefs délais, et la dissolution du PS et du PC de sinistre mémoire.

Avec le KBFF, affirmez votre francitude, passez habilement au travers des contrôles de police (si vous êtes blancs et habillés décemment hein, faut pas non plus déconner), épatez vos amis, obtenez de l’avancement à votre travail. On signale également des cas de gains records à la Loterie Nationale Française de France et des guérisons de maladies incurables, concomitants à l’acquisition du kit, qui ne sauraient toutefois être garantis.

Envoyez immédiatement votre mail de commande à kbff@ilovebesson.FR et envoyez votre chèque par Twitter. Vous recevrez votre Kit dans son luxueux coffret bleu-blanc-rouge en ruine de foyer Sonacotra démantelé, synonyme de submersion de joie, par retour du courrier.

PAS UN NUMERO DE MINUTE A PERDRE !!!!!!!

* La réponse est bien entendu désopilarante, car bien entendu Christine Boutin (qui s’est vue attribuer pour cette déclaration le 3e Laule de Diamant de sa carrière, sans doute le plus mérité)

**Ca devait s’appeler UMP-Tweets, mais c’est Frédéric qui a tenu à déposer lui-même personnellement la marque à l’Institut NATIONAL de la Propriété Industrielle française de France par Blackberry.

Con-stère-Nation

Je crois que j’ai trouvé comment définir l’identité nationale.

Vous pouvez arrêter le débat, fermer le site, envoyer Besson travailler dans un train fantôme et tout, c’est bon.

La France, c’est la Nation qui produit
son mètre cube de connerie tous les jours.

C’est la Con-stère-Nation.

Au constèrenational menu aujourd’hui, j’ai sélectionné pour vous :

1. Les suites de l’affaire Raoult/Ndiaye (1) : Frédéric Mitterrand s’en lave les mains et estime ne pas avoir à se mêler de cette polémique stupide. Mais monsieur le Ministre, la question vous ayant été adressée dans le cadre parlementaire par un député, fut-il stupide, n’êtes-vous pas tenu d’y répondre ? Qualifier la polémique de stupide ne revient-il pas à dire que la question est stupide ? Pourquoi couvrir parallèlement Eric Raoult de bisous quant à son entièreté ? Ca vous fait quand même une bonne charrette de conneries en un temps record, monsieur le Ministre. Votre objectif secret est-il de déloger Philippe Douste-Blazy du Guinness Book, catégorie Ministre de la Culture le plus grotesque ?

2. Les suites de l’affaire Raoult/Ndiaye (2) : Eric Raoult en remet une couche, estimant que « même Yannick Noah et Lilian Thuram n’en ont pas fait autant qu’elle » dans leurs propos à l’encontre de Sarkozy et de la France qu’il nous mijote à feu pas très doux. Mais dis-moi, Eric, tu ne ferais pas une petite fixette sur les déclarations de personnes de couleur, par hasard ? Les Noirs doivent-ils plus que les autres lécher le cul du Minarque (copyleft), vu qu’on a été suffisamment sympa pour les affranchir ?

3. Le nouveau psychodrame au PS (hey, tenez-vous bien, je vais dire du mal du PS, un truc de dingue – enfin, pour peu que Royal ce soit le PS) : Ségolène s’invite là où elle n’est non seulement pas invitée, mais explicitement jugée indésirable, pour une raison finalement plutôt valorisante, son statut de présidentiable qui risquerait d’éclipser les débats de fond au profit des querelles de personnes. Ségolène, je crois que cette opération a fait une éclatante démonstration de l’exactitude de cette théorie. Je comprends que ça puisse t’énerver de voir ton jouet t’échapper, mais tu ne peux t’en prendre qu’à toi. Et franchement, réussir à mettre Vincent Peillon, qui se tient généralement très bien, dans un tel état, c’est une performance dont on se souviendra.

 

4. Le commentaire du psychodrame au PS par Dominique Paillé, qui occupe le poste de vice-Frédéric Lefebvre (la chance) et est donc contraint d’aller loin pour exister, qui nous a gratifié d’un très classieux « Ségolène Royal fait un caca nerveux ». Vivement la prochaine conférence de presse, qu’on apprenne que telle députée « a ses règles » ou telle autre « un problème de ménopause ».

 

5. Les vrais problèmes enfin traités par l’UMP, avec le débat de fond sur le panpan-cucul : la députée Edwige Antier n’a rien de mieux à foutre que d’écrire des propositions de loi vraiment très intéressants pour l’interdiction de la fessée. Non pas que je sois un militant du châtiment corporel, mais franchement, on fait comment une fois qu’on a interdit la fessée, Edwige ? Les marmots vont porter plainte tous seuls au commissariat contre leurs parents ? On va mettre des caméras chez les gens, et envoyer le GIGN dès qu’un môme se prend un taquet ? Ce qui m’exaspère le plus dans tout ça, Edwige, c’est qu’à cause de toi j’aurai eu pour la première fois de ma vie la phénoménalement désagréable sensation d’être d’accord avec Xavier Bertrand (brrrr, j’en frissonne, je t’en voudrai toute ma vie, Edwige).

6. Le dernier feu d’artifice homophobe du merveilleux Christian Vanneste, qui nous apprend, entre autres, que les homos feront de toute façon de mauvais parents, non seulement à cause de leurs pratiques déviantes imputables au narcissisme et à l’individualisme forcené de notre société (ça on savait déjà, il l’a dit 258 fois), mais aussi parce que c’est rien que des alcooliques, des fumeurs de clopes et des drogués. La preuve ? « Toutes les études le prouvent ». Je mets un lien vers la vidéo, j’en veux pas chez moi, de cette saleté !

 

Rayon de soleil de la journée : Aurélie Filippetti, ex-copine de Ségolène ayant pris ses distances devant les proportions invraisemblables prises par la melonite aiguë de cette dernière, s’est déclarée « favorable au rétablissement de la fessée au Parti Socialiste ». Laule, Aurélie.

Rebuts de presse, vol.2

Bon, je crois qu’on est d’accord : Rebuts de presse a toutes les qualités pour devenir une rubrique récurrente. Il est en effet important, dans la déferlante ahurissante d’informations, et devant l’incapacité chronique des médias à hiérarchiser et mettre en avant les infos vraiment importantes (celles qui font tomber de sa chaise), que moi je j’intervienne.

Ce volume 2 va commencer par une frustration, celle de m’être fait brillamment piquer par une tapette de grande qualité et vive sur la balle les merveilleuses excuses de Louis Nicollin. C’est malheureusement le risque d’une chronique qui se veut compilatoire, et doit donc laisser s’accumuler au fil des jours les couches de merde que le génie humain déverse sur la tartine de la vie.

Mais bon, je vais me refaire, on n’est que mardi et j’ai déjà halluciné 22 fois, à tel point que je ne sais moi-même que choisir.

A n’en pas douter, l’info clé de la semaine réside cependant dans la parution prochaine des mémoires d’Andre Agassi, et surtout dans la remarquable campagne de teasing qui la précède, l’éditeur nous distillant jour après jour de faramineux scoops supposés nous mettre l’eau à la bouche.

Acte 1, Andre a consommé de la drogue (OMG), et s’en est sorti en blâmant son assistant, dont tout le monde savait dans le milieu qu’il était défoncé au dernier degré. Père fondateur de la doctrine de l’insu du plein gré, dite doctrine des deux Richard, Andre a donc prétendu avoir bu par mégarde un soda dans lequel son junkie de porte-raquettes avait dissous ses pilules roses. Et naturellement, les autorités compétentes ont jeté l’éponge (c’est cool, la vie de sportif de haut niveau. N’essaie pas de faire la même chose à la maison, tu risques de te faire baiser très fort).

Acte 2, et c’est là qu’on atteint les sommets, la révélation la plus hilarante et invraisemblable de l’histoire des révélations : Andre Agassi, angoissé par la chute de sa somptueuse crinière, portait une perruque !

Un petit rappel s’impose, il portait une perruque pour ressembler à ça :

!!!!!!!!!!!!!!!

Je vous rappelle par ailleurs que la moitié inférieure de cette personne, pendant ce temps-là, arborait fièrement un short en jean neige dont dépassait un cycliste rose fluo – que je ne reproduirai pas ici par respect de vos nerfs optiques (et surtout parce que j’ai besoin de vos nerfs optiques pour avoir des lecteurs).

Andre portant une perruque, c’est donc un peu comme si je me faisais faire un dentier pour avoir une dent sur deux noire, et une dent sur deux absente.

J’attends avec impatience la prochaine révélation. Je ne vois qu’un truc capable de rivaliser avec ça, c’est s’il nous apprenait que Steffi Graf s’était fait refaire le pif pour aboutir au résultat qu’on connaît.

Mon deuxième champion de la semaine, c’est Henri Guaino. Parce que bon, c’est bien joli de toujours se faire cette pauvre créature sans défense de Frédéric Lefebvre, mais Henri, il vaut aussi son pesant de cacahuètes périmées. Franchement, le mec qui, au 21e siècle, dit un truc plus moisi qu’Henri Guaino au meilleur de sa forme, je lui offre son poids en boulettes de naphtaline.

Cette semaine, Henri Guaino est intervenu (parce qu’il a bien senti que ses lumières nous faisaient cruellement défaut) sur la question du grand emprunt du petit président qui va sauver la Nation en péril. Estimant que celui-ci relève d’un choix « politique et non technique » (jusque-là, oui d’accord), Henri nous affirme qu’il faut défoncer les compteurs, et faire un très très très gros emprunt même sans avoir la queue d’une idée de ce qu’on va foutre du pognon, et que personne ne peut prouver « scientifiquement » que 30 milliards c’est mieux que 50 ou 100.

Donc, si je te suis bien, on va tirer le chiffre aux dés, parce que c’est quand même mieux que d’avoir des projets à financer dont on aurait vaguement estimé le coût ? C’est vachement rassurant. Et c’est sans doute la garantie que cet argent sera utilisé à bon escient. Faites pareil pour le budget les gars, au lieu de vous emmerder à faire des projets de loi compliqués. Ah ? On me signale que c’est comme ça que vous faites, au temps pour moi.

Troisième champion, la gluante entité détentrice du honteux portefeuille. Apparemment, son débat sur l’Identité Nationale démarre sous les meilleures auspices, rue89 rapportant de nombreux cas de modération par le vide de tout commentaire remettant en cause la démarche, même en termes courtois.

Sombre entité, ma contribution n’ayant aucune chance d’être publiée chez toi, je la poste ici : si l’identité nationale a un quelconque rapport avec ta gueule, merci de m’indiquer au plus vite les modalités pour être expulsé vers l’Afghanistan.

Alors, noir c’est noir ?

Pas tout à fait, il est encore des raisons d’espérer un monde meilleur :

  • En lisant la brillante analyse de Michel Rocard sur le fameux débat sur l’identité nationale (pour Noël, je veux un AVC soigné en Inde, s’il vous plaît)
  • En constatant que des milliers d’adhérents UMP ouvrent les yeux et rendent leur carte, écœurés par certaines dérives de leur chef autrefois idolâtré. Ca sent mauvais pour XB aka Tulius Detritus, qui après avoir promis 500 000 adhérents en 2012, a dû retirer en catastrophe le compteur d’adhérents autrefois fièrement planté sur la home du parti frère du PC Chinois – je ne m’en lasse pas – comme ça peut-être que Nicolas ne verra rien.
  • En se disant que, en dernier recours, la justice européenne tient la mer : elle vient par exemple de donner raison à une Italienne qui réclamait que ses enfants ne bouffent pas de crucifix à l’école publique. On notera toutefois que pour que l’Italie nous fasse plaisir autrement qu’avec un plat de pâtes, il faut l’aider un peu.
  • En regardant Willem dessiner :

willem

NB : idée cadeau pour Diego, un original de Willem, je l’aime.