Archives de Tag: Martine Aubry

De la fine-boucherie

La gauche française, ou plus particulièrement son toujours (n’en déplaise à certains) vaisseau amiral, le Parti Socialiste, souffre d’un mal paradoxal : elle a trop de talents – avec un S, oui – et pas assez de discipline, soit tout le contraire du camp adverse.

Je me fous bien de ce que vous pouvez en penser et de ce que chaque faction essaie de faire croire, mais oui, Martine Aubry, Ségolène Royal, Dominique Strauss-Kahn, Laurent Fabius, François Hollande (oui oui, François Hollande, dont la stratégie de travail sur le fond et de labourage intensif du terrain semble payer si l’on en croit sa percée dans les sondages de popularité), Bertrand Delanoë et quelques autres sont des présidentiables crédibles. Ils ont l’expérience, le sens de l’Etat et des responsabilités, la capacité de leadership, et d’autres qualités pour prétendre à la plus haute fonction de la République.

Lire la suite

Publicités

Et pourquoi pas les bougnoules, tant qu’on y est, hein ?

Aujourd’hui, j’ai lu ce très instructif interview de Thierry Mariani par Alex Lemarié pour le Post.

Thiery Mariani, député UMP, tête de liste UMP aux régionales en PACA, et représentant spécial de la France pour l’Afghanistan et le Pakistan (ce dont on voit bien, au passage, comment c’est cumulable en toute logique et efficacité), accuse Martine Aubry de « vouloir faire remonter le FN aux Régionales » suite à l’annonce de cette dernière que le PS allait déposer dans les prochains jours une proposition de loi pour le droit de vote des étrangers aux élections locales.

Cette proposition est effectivement ce qu’on appelle un serpent de mer : elle faisait partie des 110 propositions de François Mitterrand en 1981, est revenue régulièrement sur le tapis depuis, Nicolas Sarkozy s’étant lui-même prononcé en sa faveur à une époque avant d’indiquer qu’elle ne figurerait pas à son programme (incompatible qu’elle était sans doute avec sa stratégie de siphonnage des voix de Jean-Marie par une droitisation phénoménale de son discours, connue sous le nom que je vais inventer de décomplexage). Eric Besson lui-même, dans un énième sursaut d’incohérence, s’y est dit favorable.

Plusieurs choses me troublent dans ce débat et dans cet interview :

Lire la suite