Théorie des çondages

Dans la vie pénible, celle où il faut bien gagner de l’argent pour s’acheter des costards-bermudas à ouatmillions de dollars chez Colette et se bourrer la gueule au Baron dans le cadre de la vraie vie, je pratique, je vous assure, une activité professionnelle régulière, genre quotidienne, consistant à réaliser des études de marché vraiment très intéressantes. De toutes sortes. Dont, des enquêtes quantitatives, des sondages, comme on dit.

J’ai la prétention d’avoir acquis, en 10 ans, une certaine compétence en la matière. Et quand je vois certains trucs sortir, et être commentés dans toute la presse sans la moindre réserve, je tombe des nues.

Je vous en ai déjà parlé il y a quelques jours, à propos du sondage nous apprenant qu’Harry Roselmack était le journaliste préféré des Français.

Aujourd’hui, je voudrais attirer votre attention sur un nouveau çondage qui s’étale à longueur de sites web et de journaux depuis une semaine, supposé démontrer la grande ouverture d’esprit du bon peuple de France sur les questions du mariage homosexuel et de l’adoption par les couples homosexuels.

D’après cette enquête, en apparence réjouissante, n’en déplaise à Christine Boutin qui veut carrément interdire l’adoption par les célibataires au prétexte qu’il faut un papa et une maman (faudra-t-il noyer son enfant en bas âge si l’un des deux parents meurt prématurément ?), comprendre au cas où un sodomite ou une brouteuse de gazon parviendrait à passer au travers des enquêtes de moralité… d’après cette enquête en apparence réjouissante, donc, 57% des Français seraient favorables à l’adoption par les homosexuels et 64% pour le mariage.

A titre de comparaison, un sondage donnait en 2006 respectivement 36% et 45% d’avis favorables.

L’opinion aurait donc considérablement progressé (20 points, quand même !) en 3 ans en faveur des droits des homosexuels, en plein règne de la droite décomplexée ? En pleine multiplication sous les vivats de la foule de lois sécuritaires ? Sous le règne de Sarkozy Ier ?

Et ben désolé, mais là encore je n’y crois pas une seconde.

Et ce qui va me conforter dans cette incrédulité, c’est ça :

Sondage réalisé par Internet auprès d’un échantillon représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus

Excusez-moi messieurs-dames, oui Internet c’est bien pratique pour faire des sondages pour pas cher, mais tant qu’on approchera pas les 100% d’internautes en France, rien de tel qu’un « échantillon représentatif de la population française réalisé par Internet » n’existera, a fortiori sur des questions de mœurs et de société !!!

Je m’explique :

  • La France compte 63.5% d’internautes, ce qui veut dire que plus d’un tiers de la population est par nature exclue de ce sondage.
  • Qui sont les 36.5% de non-internautes : ô surprise, massivement les vieux (2 personnes de plus de 50 ans sur 3 ne se connectent pas, soit environ 20% de la population totale, soit plus de la moitié des non-internautes) et les gens qui habitent le deep countryside, là où jamais personne n’a vu un sodomite en vrai (mais où tout le monde en a très peur, un peu comme les Arabes).

A votre avis, et sachant que les plus de 50 ans internautes répondant au sondage sont déjà les moins favorables, ces non-internautes que l’on n’interroge pas, sont-ils VRAIMENT les plus progressistes au sein de notre belle communauté nationale ? Que celui qui a besoin de plus de 3 secondes pour répondre à cette question aille se faire vérifier les synapses.

Ajoutons-y un deuxième biais majeur : « Internaute » est défini comme « s’étant connecté au moins une fois à Internet au cours des 20 derniers jours ». Croyez-moi ou pas, mais croyez-moi plutôt quand même, mais ceux qui répondent à des sondages sur le net, ce ne sont pas les gens qui se connectent une fois par mois en tâtonnant, ce sont massivement les utilisateurs réguliers, les nerds, les geeks, vous et moi. Donc des gens qui s’informent plus que la moyenne, et pour une bonne partie d’entre eux mieux que la moyenne, préférant Mediapart à TF1, et lisant d’excellents blogs.

Pour ces deux raisons, je suis convaincu que ce sondage n’a malheureusement aucun sens – et montre tout au plus une tendance positive.

Il présente en revanche l’atout non négligeable de potentiellement générer des attaques cardiaques chez les croisés Boutin et Vanneste.

Publicités

31 réponses à “Théorie des çondages

  1. En dehors du fait que ce billet est excellent, j’adore le dernier paragraphe ;-)

  2. Je trouve le billet un peu méchant pour les plus de 50 ans quand même ! Bon si jveux bien admettre que la génération de mes grands-parents, elle a carrément du mal avec internet (remarque non elle n’a pas de mal puisqu’en général elle prône la coexistence pacifique, chacun dans son coin), la génération de mes parents en revanche est clairement internaute aujourd’hui !
    En dehors de cette remarque, il me semble évident que les sondages réalisés par internet ont encore moins de fiabilité que les autres! Mais il est vrai que « les autres » en question me laisse souvent tout aussi perplexe, l’idée même d’échantillon représentatif me faisant bondir, comme s’il y avait des catégories de personnes interchangeables…

    • Pour le coup, tu peux dormir tranquille, les enquêtes représentatives le sont, à partir du moment où elles sont bien faites. C’en est même flippant, notamment quand tu reproduis la même à intervalles réguliers auprès de personnes différentes, et que tu obtiens des résultats extraordinairement cohérents.
      Pour les vieux, je ne suis pas méchant, ce sont des faits que je n’ai pas inventés :
      – seul 1 plus de 50 ans sur 3 est internaute au sens défini ici
      – les vieux votent massivement à droite.

      Là, tu n’es pas totalement cohérente : tu critiques la représentativité des sondages, et tu me sors un échantillon représentatif constitué de tes parents et grands-parents…

      Par ailleurs, il y a des sondages faits par Internet très bien faits, mais peu, parce qu’il y a beaucoup de dérives (panels, lots faramineux à gagner…)
      C’est cependant un mode de recueil très adapté dans certaines situations et pour certaines problématiques. Là, on suppose que le non-internaute est équivalent à l’internaute dans sa vision du monde. Plus que douteux…

  3. Comme tu as raison!! Et tout à fait d’accord avec @Hélène, j’aiiiiiime le dernier paragraphe! ô combien nous sommes manipulés!! (s’entend avec une pose et une expression dramatique…)

  4. DramatiqueS d’ailleurs, c’est bien beau de raconter des conneries si on fait des fautes d’orthographe… :P

  5. J’aimerai bien qu’on me sonde une fois.

    (on ne rit pas)

  6. Ah oui comment ?

  7. Moi je n’accorde guère de crédit aux sondages, j’ai toujours l’impression que l’échantillon est suffisamment petit pour ne pas représenter la réalité.
    Un bon référendum, est beaucoup plus explicite à mes yeux.
    A condition que beaucoup de personnes se déplacent pour s’exprimer, ça va sans dire.
    Après je sais bien que le principe du référendum n’est pas adapté en toute circonstance, mais j’aime bien son principe tout à fait démocratique et révélateur.

    • Il ne faut pas généraliser, je t’assure qu’une enquête bien faite, c’est diablement précis et efficace. Ceci dit, la plupart des enquêtes dites d’opinion, destinées à la publication (politique, questions de société) sont sujettes à caution, car l’art du questionnement est très précis, les formulations peuvent biaiser, et bien souvent on oublie de publier la question telle qu’elle a été posée. A côté de ces sondages, il y a tous les ans beaucoup d’entreprises qui prennent de très bonnes décisions grâce à ces outils !

  8. J’m’en fous de mon steak, j’ai pas besoin que les gens y croient pour en vivre – je ne fais pas d’opinion. Mais, je suis moi-même régulièrement bluffé par la précision du bousin. Si seulement vous saviez !

    • Philippe de Thrace

      Non, je voulais dire, ça a beau être la cogip, dont tu est censé te battre le tampax avec une cuisse de homard si j’ai bien suivi, tu défend une certaine objectivité dans l’évaluation de ce travail qui t’empêche de le dénigrer totalement en y rajoutant de la mauvaise foi. C’est drôle. À moins que je ne surinterpretationne de trop, mais j’ai une bonne raison, je suis dans un cas semblable.

      • C’est très simple en fait : fidèle aux enseignements de mon boss, je vous explique en somme que nos « connards de concurrents » qui « se mettent des plumes dans le cul » font de la merde, alors que nous à la Cogip, on mériterait de passer chez JP Pernaut tellement on fait de l’artisanat de qualité, tu vois.

      • Philippe de Thrace

        ça peut s’arranger. J’ai le numéro de Jean-Pierre.

      • Je présume que c’est un numéro à 7 chiffres, comme au bon vieux temps ? Et qu’il a une adresse mail @minitel.net ?

    • Je prépare le feu pour les signaux de fumée et le tam-tam.

      Chauffez-vous les paumes.

  9. Si tu pouvais me sonder aussi la prochaine fois, Diego… ce serait bien bath. Je dois être un échantillon intéressant de population, non? Moins de 27 ans, active, deux mômes, internaute. Nan, c’est pas une petite annonce… Comme Marie, on ne m’a jamais demandé mon avis.

  10. Dans mon job, on utilise les mêmes outils (la statistique et la probabilité) à des fins toutes différentes mais avec les mêmes biais. Résultat des courses? Pour la société de merde, c’est merci Diego, pour la crise de merde c’est merci moi.

  11. Le problème chez toi c’est la probabilité. Pas de ça chez moi !

  12. Ouais, je me trouve assez improbable aussi, parfois :)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s