Rebeu-lot

La dernière fois que j’ai posté une chanson de Renaud en soulignant comme ce qu’elle décrivait était toujours aussi vrai, ça a conduit au plus grand épisode de trollisme de l’histoire millénaire de ce blog.

Mais c’est pas grave, je rebelote. Parce qu’à chaque surenchère sécuritaro-stigmatisante, je pense à ce couplet de Deuxième Génération, chanson dont le héros est un fils d’immigrés de banlieue :

Des fois j’me dis qu’à 3000 bornes
De ma cité y a un pays
Que j’connaîtrais sûrement jamais
Que ptet’ c’est mieux ptet’ c’est tant pis
Qu’là-bas aussi j’s’rais étranger,
Qu’là-bas non plus je s’rais personne

Alors pour m’ sentir appartenir
A un peuple à une patrie
J’ porte autour d’ mon cou, sur mon cuir
le keffieh noir et blanc et gris
J’ me suis inventé des frangins
Et des amis qui crèvent aussi

Tiens, hasard du calendrier sans doute, un sondage nous apprend aujourd’hui que 66% des personnes interrogées trouvent que le gouvernement se rapproche du FN. Et pire, qu’elles n’en sont pas toutes choquées, puisque 42% jugent que le FN est un parti comme les autres.
Merci et encore bravo à l’homme qui devait tuer le FN, pour toujours.

Publicités

10 réponses à “Rebeu-lot

  1. Guillaume Pascanet

    Pas tout à fait encore un parti comme un autre, vu qu’ils sont 81% à rejeter des ministres FN.

    Mais en effet, la tendance est déprimante.

  2. Je me suis fait à peu prêt la même réflexion l’autre jour, en regardant je ne sais plus quelle pauvre émission de débats, avec toujours les mêmes pantins. Et tous, ils ont employé un nombre incalculable de fois l’expression « les problèmes d’immigration » sans que personne n’y trouve rien à redire….

    (du coup, moi, ça m’aurait plutôt donné envie d’exhumer Marche à l’ombre)

    Il est certain que, sur ces 20 dernières années, il y a une tendance de fonds, avec une lente progression inexorable des thèmes, expressions et grilles de lecture du FN dans le débat public. N’empêche, depuis quelques mois il y a clairement eu un cap de passé, comme si une digue avait cédée…

    Alors oui, toutes nos félicitations a l’excité des sondages (la lecture, à ce propos, du Canard d’hier est juste hallucinante, notamment le « vous n’avez encore rien vu » lâché par la marionnette de Patrick Buisson)

  3. T’aurais pas quelque chose de plus dansant !?

  4. Je ne te dirais qu’un mot:

    Même si, depuis le début, je ne souhaitais pas répondre, même si, depuis le début, je savais que je me ferais traiter de facho, même si, depuis le début, je savais que le débat ne mènerait à rien, hé bien je réponds. C’est pas que ça m’enchante plus que ça de passer une demi-heure à vous expliquer à tous pourquoi vous vous trompez mais bon, comme dirait notre ami Diegosan « je m’en veux presque, mais c’est plus fort que moi ».
    Il est d’ailleurs amusant de voir l’auteur écrire une chose pareille alors que depuis le début c’est lui qui cherche absolument à débattre mais bon, passons – on n’est tout de même pas à une incohérence près.
    Force m’est d’ailleurs de saluer ici la probité de mon hôte du jour qui a pris la peine de copier/coller les posts d’hier soir afin que tout le monde puisse bien jauger la situation : un ami me taggue sur un lien, je vais voir le lien, ça ne me plaît pas, je lui dis : manque de pot, le blogueur est aussi de ses amis ; légitimement ledit blogueur s’énerve et, tout aussi légitimement, je lui explique que l’impromptu débat qui se profile me gonfle d’avance. Mais le blogueur n’en démord pas et exige que j’entre dans son jeu ; et c’est là que je commets l’erreur, par fainéantise, je le confesse, de le rediriger vers un article qui, de mémoire, était assez opportun et en accord avec ce que je pense et qui, du moins l’espérais-je, aurait l’avantage de lui donner du grain à moudre à peu de frais – erreur !
    J’avais aussi précisé que, si ça ne lui suffisait pas, j’étais tout disposé à en discuter face à face. Mon adversaire du jour a préféré faire ça en public, sur son blog, pour que tout le monde puisse bien voir à quel point je suis un gros méchant. Soit – on ne peut tout de même pas attendre de tout un chacun d’être gentleman. Si j’étais taquin je relèverais ici un premier exemple de comportement moutonnier, mais je suis sport…
    Tout cela étant posé, nous pouvons passer au plat de résistance, si vous le voulez-bien (je vais tenter de faire ça de manière claire et distincte, à coup de grands titres et bulletpoints, afin que ça ne soit pas trop « indigeste »).

    Pierre-André Taguieff

    Soupçonner Pierre-André Taguieff de racisme et d’accointances avec l’extrême-droite, c’est déjà faire montre d’une pensée un peu obtuse et insensible à la finesse – pas vraiment « intermédiaire, construite sur l’évaluation d’un faisceau de possibles et sur un cheminement semé de doutes ». Petit florilège de ce prof de Sciences Po Paris (école réputée pour être d’extrême-droite) chevènementiste :
    – La Force du préjugé. Essai sur le racisme et ses doubles
    – Face au racisme, t. 1, Les Moyens d’agir ; t. 2, Analyses, hypothèses, perspectives
    – Les Protocoles des sages de Sion. Faux et Usages d’un faux
    – La Couleur et le Sang : doctrines racistes à la française
    – Le Retour du populisme. Un défi pour les démocraties européennes
    Bref, vous l’aurez compris, cet homme est clairement membre du FN, cela saute aux yeux.
    Il est aussi adepte de la Théorie du Complot, comme nous le prouve magnifiquement ces livres publiés respectivement en 2005 et 2007 :
    – La Foire aux illuminés. Ésotérisme, Théorie du complot, Extrémisme
    – L’Imaginaire du complot mondial. Aspects d’un mythe moderne
    J’arrête là ; tirer sur l’ambulance ne m’amuse pas longtemps.

    L’interprétation de ce lien

    Suite au paragraphe hautement pédagogique que je viens de vous pondre, vous comprendrez que j’ai du mal à accepter que l’on nous prête, à Taguieff comme à moi, des propos récupérés pêle-mêle sur les pires blogs du net. C’est un subterfuge rhétorique odieux et totalement fallacieux : rattacher l’adversaire à des propos qui ne sont les siens et dont on sait qu’il est quasiment impossible d’être contre est une ruse sophiste qui permet à coup sûr d’emporter l’adhésion du public. Je conseille d’ailleurs à ce cher public, s’il en a marre de se faire abuser, de compulser un petit essai de Schopenhauer : L’Art d’Avoir Toujours Raison – il saura à quoi s’en tenir après.
    Jamais, ni Taguieff, ni moi – par extension –, n’avons parlés, par exemple, d’un quelconque complot mondial sur la grippe H1N1 (il suffit d’ailleurs pour s’en convaincre de se rapporter à la mini bibliographie sus-citée).
    Le procédé est infâme donc, mais c’est un classique. Pendant que tu y étais Diegosan, tu aurais pu faire croire que j’écrivais régulièrement sur je-brule-des-noirs-au-petit-déjeuner.fr. En fait, pour avoir une liste exhaustive des blogs démoniaques auxquels je suis sûrement affilié, je vous conseille à tous la toute nouvelle liste de délation du Mrap http://www.mrap.fr/campagnes/RacismeInternet/rapport-MRAP2009.pdf . C’est un peu le Who’s Who de la « bête immonde »… Sans compter que c’est admirablement rédigé tant syntaxiquement (apartés au lecteur suivies de trois ou quatre points d’exclamation – ne manquent que les « lol » et les smileys…) que logiquement parlant (la rubrique « sites de droite », qui arrive en dernier, regroupe « tous les sites n’ayant pas pu être classés dans les rubriques précédentes » ; c’est-à-dire qu’au lieu d’avoir une rubrique « autre » ou « divers », ils ont foutu une rubrique « droite » ; bon) et qu’il y a fort à parier que ce document fasse foi d’ici peu pour quelque loi liberticide : on interdira des blogs et des magazines en ligne sur la seule foi d’un pdf pondu par les stagiaires bénévoles d’une association (pas assez) anodine – au nom de la tolérance s’entend…
    Passons, ce n’est pas le débat.
    Que nous raconte ensuite ce bon Diegosan ?… ah, oui :

    Sarkozy est de droite et TF1 c’est pour Dupont-Lajoie

    Alors, oui Diegosan, pour une fois tu ne te trompes pas : je ne considère pas que Sarkozy soit de droite. Comme il me serait un peu long de t’expliquer pourquoi nous ne vivons absolument pas de le monde libéral que croient pourtant voir partout tant d’hystériques (il suffit pourtant de considérer, au hasard, que l’on paye près de 50% d’impôts, que la liberté d’expression, en France, n’existe pas, et tant d’autres faits qui sont autant de preuves évidentes que nous vivons dans un État hautement interventionniste – ni beaucoup plus ni beaucoup moins que quasiment partout ailleurs dans le monde d’ailleurs), je ne peux qu’inviter ceux qui aimeraient creuser la question – on ne sait jamais – à compulser avidement les pamphlets d’un homme plus visionnaire encore que Tocqueville : Frédéric Bastiat (La Loi et L’État constitueront une bonne base).
    Quant à TF1, qu’en dire ? C’est la chaîne préférée des Français. Je suis toujours amusé de voir à quel point ceux qui se proclament « de gauche », i.e. « proches du peuple » – plus que moi en tout cas –, la fustigent. TF1 est le symbole parfait du gouffre qui sépare le peuple de ceux qui s’en réclament. Mais, encore une fois, on n’est pas à une incohérence près.
    D’ailleurs, si le gouvernement avait besoin de soutien pour sa « propagande », je pense qu’il ne passerait pas par TF1 (arrêtez de regarder les Guignols les enfants) mais par France Télévision dont il tient clairement les rênes depuis peu – ce qui est, si vous suivez un petit peu, tout à fait antilibéral.

    Extraits et analyse de l’article de Taguieff

    Bon, c’est ma faute. C’est moi qui t’es envoyé le lien, il faut bien que j’assume un peu. Mais je te saurais gré de ne pas me confondre avec Taguieff : c’est son article, pas le mien. J’ai beau m’y retrouver un peu, ce n’est pas pour autant que j’adhère benoîtement à tout ce qui y est écrit. Encore une fois, je n’ai posté ça hier que dans l’espoir, un peu vain je te l’accorde Diegosan, que ça te suffise et que tu ne viennes pas demander ton reste : je n’ai jamais eu la moindre velléité d’entrer dans ce débat. Maintenant que j’y suis, je n’me débine pas et me défends – ainsi que je vais défendre Taguieff sur les points de vue que je partage avec lui.

    Premier extrait : le fait, Diegosan, que des voix à droite se soient élevées contre ce débat sur l’identité nationale sur le même ton que les élus et journalistes de gauche est tout à fait explicable. Cela dit, il me sera plus facile à moi de l’expliquer qu’à toi de le comprendre. Je te soumets donc la lecture de Festivus Festivus de Philippe Murray – ce sera un premier pont entre nos deux mondes.
    Quant à « dénoncer les dérapages », j’ai envie de dire que, pour le coup, il n’y a pas plus moutonnier comme comportement (puisque c’est le sujet, n’est-ce pas ?). As-tu la moindre conscience, Diegosan, du nombre de « vigilants » dont la France regorge et dont le méticuleux travail de recensement des moindres écarts de chaque citoyen nous rappelle les plus heures de la Stasi – et dont la liste du Mrap est la plus fine fleur ? Ne vois-tu pas que le jeu préféré de tous les journalistes est de recenser lesdits dérapages ? Le dernier en date : http://www.jeunes-socialistes.fr/2010/02/jacques-myard-conclut-le-debat-sur-lidentite-nationale-en-beaute-par-un-derapage/ => « « Laurianne Deniaud, présidente du Mouvement des Jeunes Socialistes et Jacques Myard, député UMP étaient face à face sur France 24 pour débattre sur le thème de l’identité nationale. A cette occasion, Jacques Myard a déclaré : « Nos jeunes gaulois ont autant de difficultés (…) Ceux qui portent des noms français ont autant de difficultés que ceux qui n’en ont pas! ». Ce dérapage est parfaitement inadmissible et démontre (s’il fallait encore le prouver) que ce débat n’a fait que libérer une parole raciste et xénophobe dans ce pays. Jacques Myard résume très certainement une pensée très commune à l’UMP : la France qu’ils veulent, c’est la Gaule de Vercingétorix ! » » J’ai un peu de mal à saisir le « dérapage »…
    Cela dit, c’est grâce à des gens comme toi que j’ai pu apprendre récemment que l’expression « ce n’est pas très catholique » est désormais à proscrire – du fond du cœur, merci.

    Second extrait : le problème mon grand n’est pas que les Français à l’arbre généalogique aussi propre que le tien se sentent stigmatisés (je laisse cette paranoïa à d’autres) mais que, de manière plus globale, il est dans l’air du temps de parler – de manière exclusivement positive bien sûr – de métissage et de diversité, les deux nouveaux mots magiques et sacrés qu’il est absolument interdit de remettre en cause sous peine d’être traité de « facho », « bête immonde », etc. (je vous cite là, toi et tes copains).
    Car je veux bien que l’on accuse Taguieff d’avoir des pensées trop « extrêmes » (même si, au fond, ça ne veut rien dire) et manichéennes, mais que penser de cette attitude qui fait que toute personne tentant de critiquer les idolâtries actuelles se voit immédiatement taxée de crypto-hitlérisme (je propose d’ailleurs à notre cher public d’aller voir ce qu’est un Point de Godwin, ça ne lui fera pas de mal) ?
    Et je continue de penser que les plus obnubilés par le racisme restent les antiracistes et thuriféraires du métissage, de la même manière qu’il n’y a pas plus sexiste que les féministes – ces gens-là n’ont qu’une seule grille de lecture du monde, et c’est ce qui les rend dangereux.
    Mais, là encore, je m’écarte du débat – on pourra en reparler plus tard si tu veux.

    L’article sur Hexagone

    Nous y voilà enfin, puisque c’est de là que tout est parti.
    C’est là que j’ai très vite compris à qui j’avais à faire. Rattacher, dès le début et directement, le débat sur l’Identité Nationale au FN, c’est d’une puérilité et d’une couardise tout ce qu’il y a de plus moutonnières. Parce qu’entre nous, franchement, tu prends pas beaucoup de risques à cracher là-dessus, hein ? Tout le monde trouve ce débat stérile. Et franchement, tu ne te mouilles pas trop en dénonçant le FN ? Tout le monde déteste le FN. C’est quoi exactement ton apport ? Ca sert à quoi de tenir un blog si c’est pour aller exactement dans le même sens que tout le monde ?
    Tous les journaux et les politiques pensent comme toi (et même moi, c’est te dire) – en dehors de quelques « extrémistes » qui font des « dérapages » – et tu penses être un rebelle en écoutant Renaud ? Tu trouves réellement ça grandiose de fustiger la bagnole, la télé, l’tiercé ? Et la peine de mort, ça va, c’est pas trop dur à dénoncer, tu n’prends pas trop de risques ?
    Je suis fatigué de voir tant de Tartuffes enfoncer tant de portes ouvertes : soi-disant, vous pamphlétisez, soi-disant vous défiez ! Mais quelle connerie ! Vous ne faites qu’ergoter et prêcher ce que tout le monde veut entendre, tout en prenant soin d’avoir les accents de la rébellion – matamores ! Vous me faites de la peine, toi et tous ces bien-pensants qui se croient séditieux : vous vous imaginez hérauts d’une noble justice bafouée, vous hurlez au fascisme et agitez des banderolles « no passaran » à chaque occasion, alors que vous n’êtes que les serviles sous-fifres de la Doxa postmoderne. Désolé mec, mais tu fais parti de la masse, tu fais parti des moutons – et mieux que cela : tu t’en vantes. Disons, si ça peut te faire plaisir, que tu es l’un des nombreux porte-paroles des moutons.
    Plus amusant : je continue l’article et je tombe sur « je remercie mes parents (…) de m’avoir toujours élevé dans la conscience que j’étais un gros privilégié ». Tu as une espèce de fierté dans la culpabilité qui m’enchante, surtout si je relis ça à l’aulne du moment où, dans ton billet, tu te gargarises d’être dénué de tout complexe de supériorité/infériorité. Tu vas me dire que là c’est par rapport aux pauvres et non par rapport aux étrangers. Oui, mais comme tu as honte « du passé colonial de la France » et de la guerre d’Algérie (c’est tout à ton honneur et tu fais encore preuve d’un merveilleux courage – note au public, en bon libéral je suis fondamentalement opposé à toute forme d’oppression donc à la colonisation, colonisation qui, pour ceux qui connaissent un peu l’histoire, a été menée par les socialistes au XIXème), je te soupçonne d’avoir un sentiment équivalent avec les immigrés en provenance de nos anciennes colonies, mutatis mutandis.
    Et pourtant j’aime Renaud. Ça te dépasse hein ?

    Voilà. J’espère avoir correctement répondu aux différentes accusations, supputations et injures. Je tiens d’ailleurs à rappeler ici que si Diegosan reproche à Taguieff de ne pas avoir une pensée assez fine, que dire des commentaires adressés ici à mon endroit ?
    Ainsi Antoine me qualifie-t-il de « facho intello » sur la simple foi de trois posts sur Facebook. Il paraît même que je suis immonde. Bon. Antoine, je te laisse le soin d’interroger ma copine, iranienne (je suis un drôle de raciste quand même non ?), à ce sujet.
    Ça me fait d’ailleurs penser que je n’ai pas bien compris le sens de « Je suis pas une balance. Je suis décidément pas assez de droite. ». J’attends une explication Diegosan (et j’espère sincèrement que ce n’est pas « la deuxième guerre mondiale » ou truc dans le genre parce que je ne prendrais même pas la peine de participer à un débat 100 fois gagné d’avance).
    Guillaume, quant à toi, tu as la bonté de sous-entendre que je ne distingue pas un musulman d’un arabe ou d’un immigré. Toi aussi, demande à ma copine ce qu’elle en pense. Mais bon, je ne voudrais te complexer encore plus…
    Ripitoo : désolé, je n’ai absolument pas peur de l’autre. Et il me paraît bien plus évident que ceux qui prônent le métissage comme art de vivre sont ceux qui en ont le plus peur puisque, par définition, le métissage entraîne l’indifférenciation et donc, partant, l’annihilation de l’autre. Et je prends le RER tous les jours.
    Et, enfin, pour Surella : et t’as vu la mienne (« capacité d’argumentation » s’entend…) ?
    Belle petit bande de moutons ça… Bêêêê !

    Au fait, aparté à Diegosan : notre ami commun est sans-doute le mec qui recense le plus de sites poneyphiles de France (à tel point que je le soupçonne d’en avoir créé une bonne partie) – il a donc dû apprécier ton mot à ce sujet.

    J’espère que vous ne prendrez pas mal mes boutades – elles n’ont d’autre dessein que de vous titiller la curiosité et vous rendre le truc un peu plus agréable à lire. J’écris tout ceci sans animosité aucune, quand bien même ce n’est pas le cas de tout le monde ici (Gaorl, c’est ton instant de gloire). Sincèrement, je me moque que vous pensiez tout ça, dans votre coin, et que vous mouillez votre culotte en vous imaginant vivre dans un pays de flics dangeureusement libéral : moi, je n’avais rien demandé à personne.
    J’espère également ne pas avoir écrit dans le vent : je ne tente pas de convaincre pour convaincre, mais de faire avancer le schmilblick. Le problème, c’est que les débats n’ont souvent d’autre but (inavoué, certes, mais bien réel) que d’écraser l’adversaire, au mépris de toute recherche de vérité. Un bouquin génial traite de ce sujet avec infiniment plus de détails que celui de Schopenhauer cité plus haut : Dialogues de Sourds de Marc Angenot. Petits extraits : « (…) Non seulement les individus et les groupes humains échouent très généralement à modifier les convictions des autres, mais encore rien, apparemment, ne les décourage de continuer à essayer. Ils sont capables de soutenir ainsi en des controverses (philosophiques, religieuses, politiques, etc.) interminables des échecs persuasifs indéfiniment répétés – cela semble une règle anthropologique : tu argumenteras, en toutes circonstances, même dans les situations désespérées, même et surtout quand cela ne sert à rien, comme l’Agneau face au Loup ou la Jeune Souris face au Vieux Chat. (…) les disputeurs philosophiques n’avaient pas pour but ni pour espoir de faire changer d’avis leur opiniâtre adversaire – en dépit du fait que c’est à lui qu’ils s’adressaient, vieille fiction rhétorique !; ils avaient pour but de faire sentir à la cantonade (comme dit le vocabulaire du théâtre), au public arbitre, qu’ils avaient raison et que leur adversaire était dans la parfaite et profonde erreur. ». Tout était réuni ici par Diegosan : le public, les sophismes et l’envie un peu perverse de seulement me jeter l’opprobre.
    Je l’ai senti dès le début et c’est pourquoi je t’avais proposé de plutôt en discuter calmement autour d’une bonne bière. Et, franchement, ça j’espère que c’est bien le premier et dernier mail que j’ai a envoyer.

    Sur quoi je retourne à ma lecture de Philosophie du Dandy – le passage antithétique pour passer de du génie de l’esthétisme kierkegaardien au surhomme nietzscheen pour appréhender le romantisme noir de Baudelaire n’est pas évident et demande que je m’y consacre pleinement.

  5. Guillaume Pascanet

    C’est intéressant.

    Tu peux développer ?

  6. non.
    J’ai oublié la conclusion: Nananèreu

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s