Buisson Ardent

Malgré les dénégations ahurissantes de Frédéric Lefebvre ou Eric Zemmour entendues ce week-end, les deux affirmant sans rire qu’il « n’y a pas de droitisation de l’UMP » ces derniers temps, vous aurez noté combien la décomplexion chère à Nicolas Sarkozy prend ces jours-ci une ampleur sans précédent, le Président et ses proches entonnant sans aucune pudeur les refrains du Front National, dans une course vers le mur proprement stupéfiante.

Derrière cette stratégie, nous dit-on, toujours le même homme, conseiller de l’ombre et artisan de la victoire de 2007 par, déjà, l’introduction de marqueurs très droitiers dans la campagne (le thème de l’identité nationale et la promesse, remisée depuis, d’un ministère du même nom) : l’éminence bleu-blanc-rouge Patrick Buisson.

(c) SIPA / nouvelobs.com

Convaincu, semble-t-il, que ce qui a marché en 2007 fonctionnera à nouveau en 2012, l’ancien directeur de Minute instille dans l’ombre le venin de la haine dans les discours de la majorité, dont un certain nombre de membres n’éprouvent apparemment aucune difficulté à reprendre à leur compte cette désignation péremptoire de l’ennemi de l’intérieur qui ronge la France, la vraie : le musulman, qui faute d’adopter notre culture sans broncher, serait en train de nous imposer la sienne.

Ce Buisson Ardent, dont sortent les pires tables des pires lois, communique sa flamme(logo d’un certain parti, tiens), et l’incendie prend : les rideaux de l’Elysée se sont embrasés il y a déjà un moment, Claude Guéant a traversé la rue pour gagner la Place Beauvau en emportant une torche de ce feu sacré, et le couve et l’avive avec tant de zèle que Besson et Hortefeux passent aujourd’hui pour de dangereux gaucho-mondialistes.

Mais jouer avec ce feu est-il aujourd’hui une solution raisonnable pour le président sortant-que-j-espère-bientôt-sorti (je ne demande même pas si c’est raisonnable tout court, hein, on n’a pas de temps à perdre) ? Je suis personnellement convaincu du contraire, et si cette stratégie ne faisait pas tant de ravages dans la société française, je l’applaudirais frénétiquement tant je souhaite voir ce président disparaître pour toujours de la scène politique.

Buisson Ardent est parti en torche, et commet selon moi une grossière erreur, celle de faire comme si rien n’était arrivé depuis 4 ans. En 2007, Nicolas Sarkozy a réussi le coup de maître, sous son impulsion, de se saisir des thématiques du Front National au point d’en dessaisir ce dernier : il avait, selon ses propres mots, « tué le FN », l’avait asséché électoralement.

Sa stratégie de l’époque a légitimé un certain nombre de constats largement fantasmagoriques et extrapolatoires du Front National, qui sont désormais durablement ancrés dans l’esprit d’une part croissante de la population. Mais elle a fonctionné non pas simplement parce que ses thèmes ont été repris, mais parce que le candidat a prétendu y apporter des réponses, des solutions : on allait voir ce qu’on allait voir.

Quatre ans après, entonner le même air en le chantant plus fort encore ne fait rien d’autre que la démonstration de l’échec de ce candidat devenu président : ses promesses, comme tant d’autres, sont restées lettre morte. Malgré tous les coups de menton, tous les moulinets de bras, tous les empilements législatifs, le camp du président accrédite aujourd’hui l’idée que rien n’a changé, et que le constat reste le même, mais noirci. L’échec apparaît d’autant plus patent et dévastateur que, contrairement aux échecs économiques, il ne peut être mis sur le (bon) dos de la crise.

Dès lors, comment croire que les Français, se sentant de surcroît trahis sur la quasi-totalité des autres promesses du candidat Sarkozy (il est où, leur pouvoir d’achat, hein ?), vont à nouveau se jeter dans ses bras pour échapper aux hordes intégristes ?

Ces gens étant tout sauf stupides, la seule hypothèse crédible demeure qu’ils aient décidé de jouer le tout pour le tout : un 21 avril, épisode 2, comme seule configuration possible d’une réélection, en plaçant le centre du débat à l’extrême droite pour mieux faire apparaître le centre et la gauche comme d’éternels angélistes.

Cette stratégie folle du petit Buisson Ardent est en train de transformer Sarkozy en Néron brûlant Rome, mais à l’échelle de tout un pays. Une politique de terres brûlées qui laissera des traces durables.

8 réponses à “Buisson Ardent

  1. Buisson est ‘parti en torche’ si tu pars du principe qu’il cherche vraiment à faire gagner Nicolas Sarkozy. Je ne suis pas sûr que ça soit réellement son but. J’ai lu un article intéressant sur lui il y a deux ou trois semaines (dans charlie ou le canard, don’t remember) qui expliquait que son parcours politique montre plutôt qu’il oeuvre depuis très longtemps pour opérer la fusion des droites (dure comprise donc) sur une idéologie très décentrée. Si on donne du crédit à cette vision des choses sa stratégie marche plutôt bien… Par contre Nicolito est complètement stupide de suivre ce charlot…

  2. Haaaaaaa…. ça faisait tellement longtemps que j’avais envie de le dire.

    C’est parfait. Juste. Parfait.

  3. Guillaume Pascanet

    Si je comprends bien, ce ne sont plus les trotskystes qui pratiquent l’entrisme mais les fachos ?

    C’est dommage que la justice n’ait pas sévi concernant l’affaire des marchés de sondage offerts à ce bon monsieur, cela aurait été éclairant pour le plus grand nombre.

    • Effectivement, j’ai pensé à ces vieilles pratiques d’entrisme…
      Et oui, ce scandale absolu de millions d’euros distribués par une administration sans appel d’offres, j’en reste sans voix. Et le merveilleux concept d’étendre l’immunité du chef de l’Etat à son cabinet qui va avec, aussi.

      • Guillaume Pascanet

        C’est fou, j’avais déja oublié l’argutie juridique qui a sauvé ce buisson de l’élagage pénal.

        Je pense être assez bien informé, je suppose donc que la majorité des français n’ont absolument aucun souvenir de cette affaire. J’espère qu’elle refera surface pendant la campagne électorale.

  4. Toujours aussi éclairant tes billets … même si cela me déprime un peu tout ça. En espérant que ce Buisson et ses acolytes ne réussissent pas aussi bien leurs basses oeuvres que l’administration Reagan.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s