Hep, taxi !

Il n’aura échappé à la sagacité d’aucun d’entre vous que depuis quelques mois ont fleuri à Paris de nombreux services de VTC (véhicules de tourisme avec chauffeurs) proposant une alternative aux taxis : Uber, Snapcar, Chauffeur Privé, Club Chauffeur, Drive, Voitures Jaunes… Ce n’est pas le choix qui manque.

taxi

Et il ne vous aura pas échappé non plus que, comme à chaque fois qu’une concurrence nouvelle vient bousculer leur petit univers, nos amis les taxis vocifèrent, menacent, font le siège des autorités… et obtiennent, encore une fois, gain de cause, le gouvernement (que je soutiens pourtant en général) s’apprête à tuer la compétitivité (tiens donc, je croyais que c’était un objectif majeur) de ces services en leur imposant une règle stupide : l’obligation d’un délai minimal de 15 minutes entre la commande du véhicule et la prise en charge du client.

caprice

Cher ami taxi, je comprends tes inquiétudes, j’admets volontiers que ton boulot soit stressant, difficile, chiant, ou encore fatigant. Que les clients puissent être lourdingues. Mais plutôt que de menacer de tout bloquer pour défendre ton pré carré, pourrais-tu, s’il te plaît, rien qu’une fois, rien que cette fois, te poser la question toute simple qui suit :

POURQUOI de si nombreuses personnes se tournent-elles aujourd’hui vers cette concurrence nouvelle, alors qu’elle est, dans la plupart des cas, sensiblement plus chère que toi, et qu’elle n’a pas le droit de “marauder”, c’est-à-dire de prendre des clients hélant la voiture sur son passage dans la rue ?

Voilà deux avantages concurrentiels conséquents – dont un avantage tarifaire, ce qui est quand même le nerf de la guerre – qui ne suffisent pas à ce que l’on t’accorde notre préférence. Alors POURQUOI ?

Tu ne vois pas ? Eh bien tout simplement parce que ces concurrents apportent un meilleur service. Sur à peu près tous les aspects de la prestation.

D’abord, et avant tout, ils ne considèrent pas le véhicule comme leur territoire dans lequel le client serait un intrus, une quantité négligeable, un gêneur qu’il faut bien tolérer mais qui ferait bien de ne pas trop la ramener. Ca passe notamment par :

  • ne pas bouffer son grec ou son domac qui puent dans la voiture, dont l’atmosphère devient irrespirable – car personne n’est jamais sorti gagnant d’une battle oignon vs. arbre magique. La voiture Uber est graillon-free.
  • ne pas passer l’intégralité de sa course à brailler au téléphone avec ses potes – pour se donner rendez-vous au kebab ou raconter comme les clients sont des connards. Le chauffeur Snapcar ne téléphone pas au volant, c’est reposant.
  • ne pas imposer la radio ni l’émission que TU as envie d’écouter, si possible très fort surtout si c’est vulgaire. le chauffeur Drive te demande si tu veux écouter la radio, et pousse le vice jusqu’à mettre ta station de prédilection. Certains proposent même de passer les playlists de ton iPhone, les fous.
  • ne pas considérer par défaut que le client meurt d’envie d’avoir une passionnante conversation sur ta life. Le chauffeur Voitures Jaunes ne parle que si on lui parle.

Ensuite, ils proposent une offre de qualité : des belles voitures, à la propreté impeccable, conduites par des gens bien habillés, dans lesquelles tu peux recharger ton téléphone en buvant une bouteille d’eau offerte. Chez Chauffeur Privé, la probabilité d’être transporté par un type en jogging à l’hygiène douteuse dans une vieille Xantia défoncée et de ne plus avoir de batterie pour appeler les secours si nécessaire est nulle.

Ils sont faciles d’accès grâce aux applications iPhone, et on en trouve toujours. Ai-je vraiment besoin de te raconter les dizaines de fois où je me suis entendu lâcher un sec “pas de voiture pour l’instant” après avoir poireauté 23 minutes au standard des Taxis Bleus ou de G7 ? Les heures passées dans la froide nuit parisienne, à des stations noires de monde auxquelles un taxi se présente toutes les 14 minutes, dont le chauffeur choisit son client et sa destination – car Joe le Taxi, rappelons-le, il va pas partout.

Ils sont faciles à régler car, comble de la modernité, ils acceptent les petits bouts de plastique rectangulaires dont tu fais mine de ne pas connaître l’existence. Dans la plupart des cas, ils ne te la demandent même pas puisqu’elle est pré-enregistrée dans l’application. Toi, tu préfères m’engueuler parce que tu n’as pas la monnaie sur 50 euros et que c’est de ma faute, c’est tellement plus sympa.

Je pourrais continuer encore longtemps à lister les avantages de ces services, qui font que je te les préfère aujourd’hui. Ils m’offrent de la qualité, de la sérénité, des garanties, quand tu me proposes une loterie. Car oui, bien entendu, il y a chez les taxis des gens sympa, qui s’efforcent de bien faire leur travail et de respecter leur client. Leur proportion est malheureusement bien trop faible pour en faire un mode de transport fiable et plaisant.

Je t’invite donc, cher chauffeur de taxi, à te remettre en question, et à affronter la concurrence non pas en te roulant par terre en bavant et en tapant très fort des pieds, mais en innovant, en te mettant à niveau, en apportant un service du même niveau de qualité. Alors, sûrement, des gens te choisiront librement plutôt que sur injonction du gouvernement. Et tout le monde sera content.

Parce que franchement, on t’offre l’occasion de t’améliorer mais tu préfères pour le moment te complaire dans ta médiocrité. On dirait une major du disque face au vilain internet, c’est dire à quel point tu es ridicule.

23 réponses à “Hep, taxi !

  1. l’odeur aussi de certains taxis (que ce soit corporel genre salle de classe apres 4h d’enfermement ou chimique avec les trucs à base de coco) suffisent à donner des hauts le coeur aux alcooliques mondains que nous sommes. Enfin que je suis, d’accord. Bel article en tous cas Diego ! Dommage pour ceux qui se donnent du mal mais tu as raison.

  2. Sachant qu’en plus la commission de discipline de la profession est celle qui se réuni le plus souvent (2fois par semaine) de tout les corps de métier de France… Oui il faut se poser les bonnes questions !

  3. problème de riches…

  4. Tout ce que tu as dit n’est pas faux ! Je ne suis pas Taxi, mais utilisatrice de temps en temps.
    Pour leur défense, je veux simplement dire que les taxis payent une licence très chère pour rouler, autour de 200 000€, ce qui n’est pas le cas des chauffeurs (d’ou, peut être, la différence sur la qualité des voitures).
    Et deuxième chose, pour aimer taper la causette avec les chauffeurs quand je rentre chez moi, admettons quand même que pour vivre, les taxis travaillent la plupart du temps 6jours sur 7h, et plus de 10h par jour pour être rentables…

  5. Tu as omis, comme le fait remarque Anne, la licence super chère.
    Si problème il y a, n’est-il pas dans l’origine de celle-ci ?

    • Cette licence leur donne notamment le droit de marauder et de facturer l’approche (et je suis totalement pour qu’on leur rachète une bonne fois si ça doit permettre au marché de monter en gamme)
      Mais surtout EN QUOI les empêche-t-elle d’être respectueux du client ? Sympa ? De prendre la CB ? En quoi les oblige-t-elle à écouter RMC à fond ? A bouffer des trucs qui puent dans leur voiture ? Et tout le reste ?
      Et les chauffeurs de VTC, ils gagnent des millions en travaillant 4 heures par semaine à votre avis ?

  6. VTC et taxis ne sont pas régis par la même réglementation (ministère des transports et ministère de l’intérieur). C’est ici que le bat blesse.
    Pour moi, les VTC sont une distorsion de concurrence aux artisans taxis. La tarification taxi est fixée par le ministère des finances, la licence taxi coute en moyenne 200 000€ (50 000 taxis en France). (bonjour le rachat de licence: 10 Millards d’€!)
    Je vois que tu ne parles ici que des taxis parisiens mais aucun VTC dans les petites ou moyennes villes ou meme dans les campagne (rentabilité zéro !).

    Bref, les auto-entrepreneurs VS les artisans, les fonctionnaires VS les agents du privé, tout est toujours bon et prétexte à opposer…

    Et la question qu’il faut aussi se poser c’est que derrière chaque service réglementé, il y a des obligations ! Et perso, je me méfie de la libéralisation qui conduira petit à petit à un service de moindre qualité (peut-etre des chauffeurs sans permis, certaines courses non effectuées car non-rentables, véhicules dangereux pour un cout + faible…)

    Le fait de faire co-exister 2 professions au meme profil amène ce genre de réflexion et les VTC pour l’instant misent sur « l’impeccabilité » d’un service qui ne sera pas forcément perenne quand les taxis disparaitront.
    Cela dit, ton coup de gueule est légitime quant à la piètre image que donne certains chauffeurs de taxi à l’ensemble de la profession mais généraliser revient aux memes stigmatisations de communautés que l’on a de cesse de condamner.

    PS: je ne suis pas taxi, juste utilisateur dans une ville de 180000 hab pour 140 taxis.)

    • Une fois encore : en quoi tout ça justifie-t-il la conduite insupportable de très nombreux taxis parisiens ? Payer une licence n’interdit pas d’apporter du service.
      Je ne connais personne à Paris qui ait une bonne image des taxis. Et que dire de l’image qu’ils donnent de nous aux touristes…
      Certes je généralise, je reconnais d’ailleurs dans le billet l’existence de « bons » taxis. Mais je t’assure que vivant à Paris depuis plus de 20 ans, j’ai une nette majorité d’expériences négatives, en particulier la nuit, au moment où ce service est le plus nécessaire.

    • + je n’ai pas bien vu, jusqu’ici, en quoi la licence était un gage de qualité.

  7. Maintenant tu as le choix d’utiliser des VTC ou des taxis, ton choix est fait ! :) Moi, je ne me fais que l’avocat du diable en mettant en garde la dérèglementation des marchés d’une manière générale sans apporter d’autres explications à ce comportement indigne que tu décris. De toute façon, l’UE démantèlera la réglementation des taxis…alors,tout ira bien dans le meilleur des mondes ! ;)

    • Je ne suis pas un libéral dérégulateur forcené non plus, hein. Mais je veux garder le choix dans de bonnes conditions. Sans compter que cette situation apporte la démonstration qu’il n’y a pas assez de taxis à Paris. C’est aussi la pénurie qui dope ces services VTC.
      Là, on veut empêcher les mecs qui font bien de bosser pour préserver la rente de ceux qui font de la merde, et je trouve ça franchement dingue.

  8. Mais n’est-ce pas dégueulasse non plus de payer 200 000 € + cout achat lumineux 2000 € (à renouveler à la guise de nlle règlementation)) là où pour une société c’est 0 €uro (sans aucun stage de formation pour les chauffeurs) ?
    J’en conviens, ça ne JUSTIFIE EN RIEN un service merdique.

    Moi, je ne suis pas à Paris, j’ai vu dans ma ville des sociétés de VTC qui, à l’inverse, embauchaient des gars qui n’en avaient rien à foutre, crade sur eux, haleine de tabac à bloc, payés au lance-pierres, souvent des contrats subventionnés par l’Etat….aucune continuité du service, l’une d’entre elles a d’ailleurs fait faillite. Bref, je ne sais pas comment tu préconises de résoudre ce problème de taxis à Paris mais je me garderais bien de revenir sur un acquis. Ne trouverais-tu pas vache si tu avais investi 200 000€ dans un commerce et qu’on te dise après: « désolé, il ne vaut désormais plus rien ! »?
    On peut aussi reprocher aux fonctionnaires leur statut qui fait d’eux « des fainéants, des privilégiés, des improductifs » (souvent entendu) ou aux auto-entrepreneurs de tuer l’artisanat pour le même travail. Attention, je ne remets pas en cause encore une fois ton exaspération qui me semble légitime à la lecture de tes griefs. Mais rien ne t’empêche d’en aviser le syndicat des taxis avec le n° du lumineux en cas de mécontentement.

  9. malheureusement les chauffeurs de taxis ne se remettront jamais en cause. Ils préfèrent faire jouer leur puissant lobby. C’est comme ça depuis des dizaines d’années et ça marche à tous les coups. Pourquoi se priveraient-ils ?
    Pour ma part je ne leur laisse plus cette chance. Je suis, comme beaucoup, déjà passé à la concurrence depuis longtemps. Et je ne le regrette pas. Ton billet résume tout à fait les prestations de qualité de ces nouvelles sociétés.

  10. Pas besoin d’argumenter, voici mon vécu. (Et maintenant, désolée mais je ne prends plus QUE les VTC). http://bit.ly/11weWqq ( Taxi Parisien, mon amour)

  11. J’etais utilisateur de Taxi … je dis bien j’etais ! Car depuis l’arrivé des VTC je n’utilisent qu’eux.
    La licence est faites pour obtenir le droit d’etre héler dans la rue ! Il y a longtemps que G7 et Taxi Bleu avec la complicité des taxis se sucrent sur le dos des clients : 5€ pour commander un taxi à l’avance et un prix aléatoire au compteur du chauffeur lorsqu’il se presente devant ta porte. Les syndicats de taxi ont laissé faire, n’ont absolument rien fait – et meme au contraire, on fait du lobbying pour que surtout cela ne change pas. Il se trouve qu’une révolution industrielle viens de « bousculer » la donne (oui vous savais, internet mobile et le GPS as cout) ; et là d’un seul coup, on cris au vol au scandale ! . Et bien oui, leurs licences vont perdre une bonne partie de leur valeurs. C’est ainsi. Le taxi n’est pas une fonction public. Elle à toujours été de l’ordre du privé, réglementé uniquement pour eviter la poperisation de la profession dans les années 50 et la securité minimal des clients. Cette époque n’est plus. Point ; qu’on fasse une periode minimum de 15 minutes ce n’est pas bien grave, car c’est purement theorique. Je prefere de toute facons attendre 15 minutes et faire une course en me sentant confortable et bien installé, plutot que de me coltiner encore un taxi desagreable – voir pire.
    La réaction actuelle des taxis est d’ailleurs la meilleur pub que l’on pouvait faire à ces compagnies.

  12. voila… moi je suis d’accord avec tout ce que tu dis Diégo… et aussi pour dire que bien souvent le chauffeur de taxi est un gros con; il doit y avoir un lien direct entre le temps passé sur la route et la connerie, vraiment mais c’est un autre débat.
    il manque 2 éléments essentiels au débat cher ami :
    1 – Le « diplome » ou plutot certificat d’aptitude professionnel. Nos chers taxis doivent passer un diplome pour avoir le droit d’exercer, et donc se payer une formation, et bucher pour obtenir leur concours

    2 – ils payent une licence ou droit de stationner… parlons de cette licence … vendu à un prix exhorbitant fixé par la loi de l’offre et la demande, mais surtout dont la rareté est contrôlée par la prefecture qui les emets.

    donc..
    OUI il y a un réflexe corporatiste bien relou par ce que bon qd même ils sont vachement bien les nouveaux services modernes à la uber…

    et que OUI notre cher gouvernement décidément pas le dernier pour faire des conneries et céder à cet odieux chantage

    mais OUI il y a bien un énorme problème de concurrence déloyale puisque d’après ce que j’ai compris ces sociétés n’ont NI à payer la licence, NI à diplômer leur chauffeurs. et franchement là y’a problème… si tu libéralises tu libéralises pour tout le monde, et les sociétés de taxis peuvent se payer des super bagnoles et des terminaux de cb, et embaucher des chauffeurs de taxi formé à l’accueil plutôt qu’a connaitre les rue de paris (vu que bon maintenant tout le monde à un GPS dans son taxi hein… et qu’on te fait passer par le périph / les quais / les grands boulevard bouchés – rayez la mention inutile – sans essayer de passer par les petites rues par ce qu’on ne les connait plus !)

    bécot mon lapin ! :D

    • Oui il y a une licence, oui elle est chère, mais elle leur confère 2 très gros avantages à mon avis largement suffisants : le droit de marauder, et la facturation de l’approche (qui à elle seule doit rembourser la licence relativement vite).
      Et comme je l’ai dit plus haut, détenir cette licence devrait obliger à assurer un certain niveau de service. Sur bien des points, les taxis pourraient égaler les VTC sans investir un centime : être propre et pas débraillé, bouffer au MacDo plutôt que dans la bagnole, écouter la radio que le client souhaite écouter, téléphoner en dehors des courses… Tout ça est simple et gratuit. Et relève de la courtoisie la plus basique…
      Quant au diplôme, j’avoue que j’en comprends de moins en moins la teneur, tant les jeunes chauffeurs ont une connaissance des rues de Paris frisant le néant – et ce jusqu’aux trajets évidents par les grands axes. Enfin, les VTC ne sont peut être pas obligés de former leurs chauffeurs, mais il semblerait qu’ils le fassent – puisqu’ils n’ont pas intérêt à balancer n’importe qui n’importe comment dans nos pattes. Et comme les chauffeurs sont notés par le client, les erreurs de casting peuvent être corrigées…

  13. nous sommes d’accord alors… licence => droit à la maraude / bornes

    diplôme => putain ça sert à quoi sinon à payer des taxes encore et encore vu qu’il n’y en a plus un qui connaisse vraiment paris (la banlieue même pas j’en parle !)

    je suis d’accord pour dire que les VTC sélectionnent également leur chauffeur donc qu’il y aurait égalité

    dans ce cas il n’y aurait pas concurrence déloyale… bon… pourquoi pas.

    reste le problème du numérus clausus => nombre de taxi régulé par le nombre de plaques émises par la préfecture…
    alors que les VTC ne sont pas limités… donc ça fait peur au taxis (l’invasion des voitures jaunes.. .Brrrrrrrrrr sales niakoués)

    (bon en même temps je m’en fous moi j’attends pas et je paye pas les taxis, compte client société tout ça, mais ça ne me préserve pas des gros cons ;) ;) tout ceci m’inspire juste qu’on devrait peut être mettre les VTC en concurrence avec la G7 … juste pour voir :D )

  14. je comprends pas bien le débat de la « concurrence », que les chauffeurs de taxi jugent déloyale parce que « pas de licence » pour les VTC. Ce sont deux réglementations distinctes, et deux services différents. Libre à eux de choisir le VTC plutôt que la licence taxi s’ils préfèrent fonctionner de cette manière là.

    En attendant, les deux activités ont une réglementation, l’une très administrative (taxi) l’autre touristique puisqu’il s’agit d’une simple immatriculation auprès d’ATOUT France.

    Les VTC existent depuis des lustres (la « grande remise » comme on dit), et comme le relevait très justement l’un des commentaires, si les taxis avaient été capables de proposer un service de qualité, fiable, non aléatoire (« non je vous dépose pas plus loin parce qu’après je peux pas prendre quelqu’un d’autre » (je précise : intramuros, pour 800mètres, par temps de pluie et à 2h du matin)), les VTC n’auraient pas prospéré de la sorte (merci Akadiego pour l’image de la Xantia défoncé… C’est criant de vérité).

    Sans compter effectivement les désagréments d’un grand nombre de chauffeurs vulgaires, voire méchants et agressifs (le chauffeur ralentit baisse sa vitre à hauteur d’une demoiselle qui lui fait signe pour demander sa route, celui-ci lui gueule « suce moi salope » et me dit « ce soir y a que des salopes, elles veulent même pas sucer pour payer la course »), et ce ne sont que deux exemples auxquels je pense spontanément.

    En revanche, j’avoue que pour avoir testé le service de G7 prioritaire pendant un moment, lorsque je bossais pour une boite, service irréprochable, chauffeurs polis, certes quelques uns au téléphone mais discrètement… moins atroce que lorsqu’on en chope un spontanément au détour d’une rue un samedi à 4h du matin.

    Les taxis sont sclérosés, et ils le montrent encore une fois. Sans pour autant non plus être un libéral chevronné… il faut faire respirer cette profession.

  15. Je n’ai moi-même jamais pris de vtc et rarement de taxi, mais voici un témoignage intéressant de plus : http://www.jobtransport.com/actualites/transport/taxi-un-metier-en-voie-de-disparition/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s